Cancellara contre la montre
Fabian Cancellara | AFP/Pascal Pavani

Le secret du vélo de Cancellara

Publié le , modifié le

Le Suisse Fabian Cancellara, soupçonné l'an passé de "dopage technologique" utiliserait, selon le quotidien belge La Dernière Heure, un pédalier "révolutionnaire" qui améliore les performances. Cette technologie, dont il serait le premier coureur à avoir profité, serait autorisée par l'Union cycliste internationale. Baptisé "Gold-Race", ce système aurait été mis au point par un ingénieur italien, Giovanni Cecchini, qui collabore avec "Spartacus" depuis 2007.

Un pédalier révolutionnaire

Il y a presque un an, Cancellara défrayait la chronique après une prestation plutôt surprenante sur Paris-Roubaix. La vidéo avait alors fait le tour du monde. On y voyait le coureur suisse infliger une accélération hors du commun à plusieurs coureurs, dont le Belge Tom Boonen. Ainsi débuta la polémique sur le vélo supposé mécanique de Cancellara. Aujourd'hui, le secret de son incroyable puissance pourrait ne pas être un moteur mais un pédalier "révolutionnaire" qui améliorerait les performances. "Une très légère impulsion au niveau de la manivelle du pédalier suffit à faire tourner celui-ci pendant plus d’une minute sans discontinuer," explique Denis Migani, un ami italien de "Spartacus", dans les colonnes de La Dernière Heure.

Le journal bruxellois affirme que le système breveté et baptisé "Gold-Race" aurait été inventé par un ingénieur italien, Giovanni Cecchini, qui collabore depuis 2007 avec le champion du monde du contre-la-montre. Le principe s'appuierait sur un roulement disposant de billes de graphite mais surtout d'une huile très complexe à la composition classée "secret défense". "Selon des tests effectués en laboratoire, les frictions sont diminués de 95% et le gain au kilomètre atteindrait jusqu'à 2,5 secondes (...). Le système permet également d'utiliser des braquets plus importants", note Denis Migani qui assure que "Fabian n'a jamais triché puisque le mécanisme est autorisé par le règlement UCI."

Le mécanicien explique encore que Cancellara se serait adjoint les services de l'ingénieur italien à la condition d'être le seul coureur à disposer du Gold-Race au commencement. On peut toutefois se demander pourquoi cette technologie, aujourd'hui commercialisé au prix de 1100 euros, n'est pas plus utilisée dans le peloton. "Parce que beaucoup de coureurs ne s’intéressent pas aux innovations de leur sport et ne connaissent pas ce système, répond Migani. Ici, en Romagne, plusieurs coureurs amateurs en sont équipés et le système est commercialisé auprès du grand public puisque j’ai également été initié au montage et aux secrets de ce système. [...] Je sais toutefois qu’Andy Schleck en était équipé lors des étapes de montagne du dernier Tour de France".

L'utilisation par Cancellara de cette technologie a toutefois été rapidement démentie par Brian Nygaard, le manager général de Leopard-Trek. Un "système de roulements révolutionnaire ? Ce n’est à 100% pas le cas, assure Nygaard. Il utilise le même matériel que le reste de l’équipe. Il n’y a aucune collaboration de Leopard-Trek avec ces personnes", affirme-t-il sur son compte Twitter. La parole est désormais à l'accusé ...

Isabelle Trancoën