Le peloton à travers les vignes lors de Paris - Tours 2016
Le peloton à travers les vignes lors de Paris - Tours 2016 | ALAIN JOCARD / AFP

Le Paris – Tours nouveau est arrivé

Publié le

Avis aux puncheurs, Paris – Tours fait peau neuve ! Pour sa 112e édition, la classique des feuilles mortes, appellation partagée avec le Tour de Lombardie, a changé son parcours avec un final pour attaquant.

C’est la fin d’une époque pour les sprinteurs. Rois des vendanges tardives en Touraine, ils ne seront plus seuls à briguer la victoire avenue de Grammont. Car des audacieux auront peut-être pris les devants dans ce nouveau final. Avec 12,5 kilomètres de chemins de vigne et sept côtes inédites dans les 60 derniers kilomètres, le terrain se prête à des attaques lointaines. Elle fait déjà saliver les spécialistes des Flandriennes comme Philippe Gilbert, double vainqueur en 2008 et 2009, et son coéquipier Niki Terpstra, son successeur au palmarès du Tour des Flandres. Si course de mouvement il y a, il faudra aussi compter sur Oliver Naesen et Alexis Gougeard d’AG2R La Mondiale. A moins que Sylvain Chavanel (Direct Energie) ne ressorte de sa boîte pour la dernière course en ligne de sa carrière.

Puncheurs vs sprinteurs

Si malgré son passage à Vouvray, la course reste bouchonnée, c’est du côté des sprinteurs qu’il faudra jeter un œil. Ce dernier grand rendez-vous de l’année a été coché par de sérieux clients. Tout d’abord le triple vainqueur d’étape sur le Tour de France, Dylan Groenewegen (Lotto-Jumbo), vainqueur dans les rues de Chartres, où sera donné le départ de la course (autre nouveauté). Déjà deux fois sur le podium (3e en 2013, 2e en 2016), Arnaud Démare (Groupama-FDJ) aura son mot à dire, tout comme André Greipel pour sa dernière course avec Lotto-Soudal. Ne pas sous-estimer non plus Edvald Boasson Hagen, Christophe Laporte ou encore Dan McLay. Une course ouverte, plus que jamais.

Xavier Richard @littletwitman