MPCC bracelet
Le bracelet bleu du MPCC contre le dopage | AFP

Le MPCC met Astana et Katusha en probation

Publié le , modifié le

Une période probatoire a été imposée jeudi à six équipes candidates à l'entrée au Mouvement pour un cyclisme crédible (MPCC) dont Astana et Katusha.

Le Mouvement pour un cyclisme crédible (MPCC) n'ouvre pas si facilement que cela sa porte. Le groupement des formations en pointe dans la lutte antidopage compte désormais 21 équipes de première et deuxièmes divisions professionnelles. Six autres ont demandé à y adhérer. Mais pour celles-ci, les 11 premiers membres du MPCC ont décidé qu'une période probatoire leur serait imposée, lors de l'assemblée générale tenue à Roissy. Il s'agit des formations World Tour Astana, Blanco (ex-Rabobank), Lampre et Vacansoleil, ainsi que d'Androni et Katusha, qui évoluent en deuxième division.

L'adhésion définitive des six équipes sera décidée lors de la prochaine assemblée générale prévue en octobre prochain. "Je comprends la philosophie du MPCC", a réagi Gianni Savio, le responsable de l'équipe Androni qui a tenu un discours très ferme: "On est arrivé à un point où l'on ne peut absolument plus comprendre (des erreurs). C'est la survie de notre sport qui est en jeu."

Face à l'afflux des candidatures, favorisé par le soutien public qui lui a été apporté par le principal organisateur (Christian Prudhomme, Tour de France), le MPCC a cherché à "garder toute sa crédibilité", selon l'un des membres fondateurs, Marc Madiot. "L'idée était aussi d'offrir une véritable opportunité aux nouveaux candidats, à eux de démontrer de manière forte leur souhait de s'installer définitivement dans le MPCC. La porte leur a été ouverte", a expliqué Marc Madiot.

Des contrôles inopinés de cortisolémie

Le MPCC a été créé en 2007 par réaction au laxisme de l'association des groupes sportifs (AIGCP) en matière de lutte contre le dopage. Il compte désormais 38 membres (les six admis à titre probatoire inclus), dont dix équipes de première division et seize de deuxième division. "Les managers s'engagent solennellement à appliquer la tolérance zéro, a annoncé Roger Legeay, président du mouvement depuis sa création. Toutes ces structures considèrent que le règlement du MPCC, beaucoup plus contraignant que les règles internationales, est une solution concrète à la crise que traverse le cyclisme".

Entre autres actions, les équipes du MPCC ont prévu d'effectuer, dans le cadre d'une politique de santé, des contrôles inopinés de cortisolémie (dosage sanguin du cortisol). Mais la quête d'une crédibilité à retrouver reste le fond de commerce du MPCC, qui a annoncé vouloir appliquer plus strictement la possibilité inscrite dans son règlement de réclamer des dommages-intérêts aux "coureurs ou autres personnes qui auraient porté atteinte à l'image".

AFP