Jeannie longo contre-la-montre 2010
Jeannie Longo | AFP-Mark GUNTER

Le mari de Longo également dans le viseur...

Publié le , modifié le

Le mari de la championne cycliste Jeannie Longo, menacée de sanction pour manquement aux exigences de localisation antidopage en fin de semaine dernière, aurait acheté de l'EPO en avril 2007, affirme mardi le quotidien L'Equipe, qui publie des fac-simile des courriers électroniques liés à la transaction. Il a été ainsi suspendu par la fédération française à titre conservatoire.

Selon le quotidien sportif, Patrice Ciprelli, entraîneur et époux de Jeannie Longo, aurait acheté de l'EPO chinoise, appelée Eposino, via un site internet américain et un ancien cycliste Joe Papp, arrêté en 2007 pour avoir participé à un vaste trafic de produits dopants. Dans un entretien à L'Equipe, Joe Papp confirme : "j'ai vendu de l'EPO à Ciprelli à cette époque. Il a spécifiquement et directement demandé sur notre site ce que lui coûteraient 80.000 iu (unités) d'EPO livrées en France. Il a d'ailleurs indiqué que c'était pour sa femme". Le nom de Jeannie Longo n'a toutefois pas été prononcé, précise l'ex-cycliste américain. La transaction a donné lieu à un envoi des produits à l'adresse d'une parente de Patrice Ciprelli en Isère. Jeannie Longo n'était pas la seule sportive entraînée par Patrice Ciprelli à l'époque. Le quotidien sportif publie des fac-simile des échanges de courriers électroniques entre MM. Ciprelli et Papp ainsi qu'entre ce dernier et son fournisseur chinois. 

Selon L'Equipe, le dossier Ciprelli a été transmis par l'Agence américaine antidopage (USADA) à son homologue française, l'AFLD, qui a sollicité la police française "afin d'étudier les possibles suites pénales à donner à cette affaire". S'ils étaient avérés, les faits, commis en 2007, seraient toutefois prescrits depuis 2010. Ces révélations interviennent alors que Jeannie Longo, la sportive préférée des Français selon un récent sondage, est mise en cause par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) pour un défaut de localisation. L'AFLD lui reproche trois manquements en 18 mois aux règles de localisation qui imposent aux sportifs d'indiquer où ils se trouvent quotidiennement de 6 heures à 23 heures, avec un créneau préférentiel d'une heure par jour.

Patrice Ciprelli suspendu

"Suite à la publication dans la presse sportive nationale, de révélations selon lesquelles Monsieur Patrice Ciprelli, licencié FFC, aurait acheté au cours des dernières années de l’EPO chinoise, la FFC par le biais de son Président Monsieur David Lappartient, a décidé d’ouvrir une procédure disciplinaire à l’encontre de Patrice Ciprelli dans le respect des dispositions du règlement disciplinaire fédéral", indique un communiqué officiel de la Fédération Française de cyclisme."Estimant que les faits relatés sont susceptibles de caractériser un comportement particulièrement grave et contraire aux valeurs du sport cycliste, et dans l’attente des résultats de l’instruction qui sera mené afin de vérifier la véracité des allégations retenues à l’encontre de Patrice Ciprelli, le Président de la FFC a décidé de suspendre à titre conservatoire Patrice Ciprelli dans l’attente de la décision de la Commission Nationale de Discipline fédérale" précise le communiqué.

"C'est délirant. Patrice Ciprelli nie totalement toute implication, il s'agit pour lui de faux grossiers", a déclaré leur avocat, Me Bruno Ravaz, au micro de RTL. "Jeannie Longo est à mille lieues de se doper, et donc j'imagine qu'elle a  dû tomber des nues en apprenant de telles informations", a ajouté l'avocat. Me Ravaz a précisé qu'il n'avait pas parlé depuis quelques jours à la championne parce qu'elle était "dans sa bulle", préoccupée par la santé de son  père malade et prise par la préparation des Mondiaux. De son côté, la cycliste Edwige Pitel s'est dite "ulcérée" de voir son nom également évoqué par L'Equipe comme possible bénéficiaire de l'EPO chinoise par Ciprelli, qui était alors son entraîneur. "Me mouiller là-dedans sans aucune preuve, en faisant des associations, je  suis ulcérée", a déclaré Pitel, interrogée par RTL. "D'après ce que je comprends, ce sont des suppositions pures et simples  parce que moi, je ne suis jamais citée dans les transactions ou quoi que ce  soit. Et là, soi-disant que maintenant ce serait pour moi parce qu'il  m'entraînait en 2007 et que j'ai battu Jeannie... Non mais on marche sur la  tête !", a ajouté Pitel.      

Les documents publiés par l'Equipe

Voir la video

Gilles Gaillard