Le laboratoire suisse réfute avoir donné les clés des tests à Armstrong

Publié le , modifié le

Le directeur du laboratoire antidopage de Lausanne Martial Saugy a réfuté vendredi avoir "donné les clés" des tests de détection de l'EPO à Armstrong en 2002, trouvant "paradoxal" qu'un laboratoire ayant déclaré les deux premiers cas positifs juste avant puisse être accusé d'avoir aidé l'Américain à tricher.

Le scientifique suisse ne comprend pas comment le patron de l'Agence  antidopage américaine, Travis Tygart, un homme avec lequel il a déjà travaillé  par le passé, ait pu raconter dans une émission télévisée l'avoir vu acquiescer  à la question "Avez-vous donné à Lance Armstrong les clés pour contourner les  tests de l'EPO ?" lors d'un dîner en 2010.

Un coup dur à encaisser pour ce laboratoire, prisé par plusieurs instances  sportives à commencer le Comité international olympique (CIO). "Il a  certainement quelques déficiences dans ses souvenirs", a estimé lors d'une  conférence de presse, Martial Saugy, qui compte bien plus tard demander des  explications à son collègue américain.

Certes, le biologiste a bien fait une présentation de la méthode de  détection de l'EPO à Armstrong et son directeur sportif Johan Bruyneel à la  demande de la Fédération cycliste internationale (UCI) avant le départ du Tour  de France en 2002. Mais selon lui, il s'agissait "des données scientifiques qui  étaient publiées par ailleurs".

AFP