Christophe Bassons
Christophe Bassons | AFP - François LO PRESTI

La suspension de Bassons réduite

Publié le , modifié le

Christophe Bassons, chantre de la lutte antidopage, suspendu un an à cause d'un constat de carence en première instance, a vu sa peine réduite à un mois en appel. L'ex-coureur professionnel, qui avait fait l'objet d'une manœuvre d'intimidation de la part de Lance Armstrong dans le Tour de France 1999, ne s'est pas rendu à un contrôle pour lequel il était désigné lors du Championnat de France de VTT marathon, à Langon (Gironde), le 1er septembre.

Depuis le début de l'affaire, il assure avoir agi de bonne foi et qu'il n'était pas au courant du contrôle. La décision prise par la commission d'appel de la Fédération démontre que ses éléments de défense ont bien été entendues, alors que le dérangeant Bassons aurait pu voir dans la promptitude et la sévérité de cette suspension une façon pour un milieu cycliste qui n'a pas toujours apprécie ses prises de position. Surtout quà l'heure actuelle, Christophe Bassons, qui a  quitté le cyclisme professionnel en 2001 pour se consacrer en amateur au marathon VTT, exerce des responsabilités dans la lutte contre le dopage à la direction régionale de la Jeunesse et des Sports à Bordeaux.

L'ancien coureur ne devrait pas pour autant en rester là car même cette suspension d'un mois ne lui convient pas et il entend bien saisir le tribunal administratif.. "La fédération reconnaît que je suis de bonne foi, que je n'étais pas au courant de ce contrôle et que je n'ai pas cherché à le fuir, mais on me sanctionne quand même en se fondant sur un règlement qui stipule que je devais me renseigner pour savoir si j'allais être contrôlé, or ce règlement est contraire au code du sport  (...) Ils pensent peut-être que du coup, je vais m'arrêter là, ils se trompent.  Ils m'ont quand même sanctionné parce qu'ils ne pouvaient pas complètement désavouer la décision en première instance".