Jim Ratcliffe (Ineos) : "Nous quitterons le cyclisme" en cas de dopage

Publié le , modifié le

Auteur·e : France tv sport
Sir Jim Ratcliffe, patron d'Ineos
Sir Jim Ratcliffe, patron d'Ineos | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le patron de la formation Ineos (anciennement Sky), Jim Ratcliffe, a indiqué qu'il retirerait son investissement dans le cyclisme en cas d'affaire de dopage, dans un entretien accordé au Times. Cet entretien intervient après les révélations de l'ex-médecin de l'équipe Sky, Richard Freeman, qui a révélé avoir commandé des patches de testostérone, non pas pour un coureur mais pour un membre du staff qui était souffrant.

S'il ne s'agit pas d'un petit coup de pression, cela y ressemble fortement. Les récentes révélations de Richard Freeman ont jeté le doute sur l'ancienne équipe Sky, aujourd'hui Ineos et dirigée par Jim Ratclife. Dans un entretien accordé au Times ce week-end, le milliardaire britannique assure qu'il n'hésitera pas à se retirer si une affaire de dopage touche sa formation. "Le jour où cela (le dopage) rentre dans notre monde, nous le quitterons", a-t-il affirmé.

Evoquant la gestion du manager général Dave Brailsford, Jim Ratcliffe se montre pragmatique. "Dave devra faire face de ce côté-là. L’histoire ne m’intéresse pas, seulement notre temps et notre avenir. S'il y a des problèmes pour Dave, il devra s'en occuper. Il ne se passe rien dans notre équipe", a toutefois assuré le patron d'Ineos.

Ce dernier s'exprime alors que l'ex-médecin de l'équipe Sky, Richard Freeman, a révélé avoir bien commandé 30 patches de Testogel (de la testostérone), non pas pour un coureur mais pour un membre du staff qui selon lui était était souffrant. Cette déclaration est d'autant plus troublante qu'il avait, dans un premier temps, nié avoir commandé le fameux colis, réceptionné au vélodrome de Manchester le 16 mai 2011.

Des vérifications au moment du rachat

Jim Ratcliffe assure qu'au moment du rachat de l'équipe (en mai dernier), il s'est assuré qu'il n'y ait pas de problème particulier sur le sujet. "On a vérifié toutes les procédures, les antécédents des médecins. (...) Ces vérifications ont été faites par des avocats externes qui ont passé au peigne fin les procédures, les tests. (...) Au moment du rachat, les règles et les procédures en place au sein du Team Sky étaient les plus sophistiquées et les plus rigoureuses mises en place dans le cyclisme", a-t-il ajouté.

Conscient qu'il n'est pas à l'abri d'un scandale, Jim Ratcliffe réaffirme son intransigeance. "Si notre avocat en chef me dit un jour qu'il a un problème avec l'équipe, ça sera terminé pour nous. Le jour où le doute concernant le dopage entre dans notre monde, alors nous quitterons immédiatement le cyclisme." Le verdict dans l'affaire concernant l'ex-médecin de Sky est attendu le 20 décembre. 

France tv sport francetvsport