Jens Voigt
Jens Voigt part à la retraite sur un dernier record | AFP - FABRICE COFFRINI

Jens Voigt bat le record de l'heure

Publié le , modifié le

L'Allemand Jens Voigt a battu le record de l'heure, jeudi, sur la piste du vélodrome suisse de Granges, en parcourant 51,115 kilomètres. Voigt a amélioré de 1415 mètres la performance du Tchèque Ondrej Sosenka qui avait bouclé 49,700 kilomètres durant le tour d'horloge en 2005. Voigt est devenu à 43 ans le doyen des détenteurs du record de l'heure.

Avant la retraite, Jens Voigt avait quelque chose à finir. Un record à aller chercher. L'Allemand de 43 ans n'a pas failli. A Granges (Suisse), il a effacé des tablettes le Tchèque Ondrej Sosenka en allant 1415 mètres plus loin. Le 19 juillet 2005, le Tchèque réalisait 49,700 km en 60 minutes, neuf ans plus tard, ce record est désormais aux oubliettes. Et Jens Voigt peut quitter le peloton sans regret et avec un dernier record pour celui qui a calculé avoir parcouru 850 000 kilomètres dans sa carrière. "51 kilomètres dans l'heure, c'est beaucoup plus que ce que j'avais  imaginé", s'est félicité le Berlinois qui, debout sur la piste en bois blond, a  salué le public quelques minutes seulement après son effort. "J'ai tout donné dans les vingt dernières minutes, je savais que j'avais encore de l'énergie, que j'étais en avance. J'étais euphorique, c'étaient les  20 dernières minutes de ma vie de sportif", a-t-il expliqué.

Toujours en avance

Dans un vélodrome rempli par près de 2000 spectateurs, Voigt a été aidé par l'ambiance musicale de son choix, du hard-rock (AC-DC, Metallica, etc). Et, plus encore, par le changement de réglementation décidé en mai dernier par  l'Union cycliste internationale (UCI) qui a autorisé l'emploi d'éléments modernes sur le vélo (roues pleines, prolongateur de guidon). Sur un vélo de son constructeur habituel, la marque américaine Trek, d'un poids de 8,15 kg, le doyen du peloton international a enroulé un braquet de  55x14. Il s'est efforcé de tourner régulièrement, à moins de 18 secondes par  tour de 250 mètres.

Parti sur des bases plus rapides que Sosenka, il comptait déjà 12 secondes d'avance sur le Tchèque après dix kilomètres (12 min 01 sec 336) et 24 secondes  après vingt kilomètres (24 min 03 sec 565). A deux reprises, il s'est mis quelques courts instants en danseuse pour se  relancer et mieux supporter la torture de devoir rester dans une position  inconfortable. Mais il a accéléré l'allure dans le dernier quart d'heure en gagnant plus d'une demi-seconde par tour par rapport à son début de parcours.

"Aucune illusion à me faire"

A Granges, dans les jours précédant sa tentative, Voigt avait fait part de  son optimisme: "J'ai eu trois semaines de préparation intensive. Le plus dur  sera de rester concentré et de garder le cap près de la ligne noire de la  piste." L'Allemand, qui s'est mis en tête ce projet en mai dernier, avant des  premiers tests en juin à Roubaix, a choisi de mettre un terme à sa carrière  cette année après 18 saisons en tant que coureur professionnel. Une fois son 17e Tour de France terminé (record de participations égalé)  fin juillet, Voigt est allé aux Etats-Unis, en altitude, pour prendre part à  deux courses par étapes, le Tour de l'Utah et le Tour du Colorado.

Il a affiné ensuite sa préparation à Granges, une petite ville du canton de  Soleure située à 450 mètres au-dessus du niveau de la mer. Bon rouleur à défaut d'être le numéro un de la discipline, Voigt a sans  doute ouvert la voie à son coéquipier, le Suisse Fabian Cancellara, et surtout  au Britannique Braldey Wiggins, qui a prévu de s'essayer sur les 60 minutes. "Je n'ai aucune illusion à me faire sur mes chances de le conserver quand  Fabian (Cancellara) et les autres spécialistes s'y attaqueront, disait-il  récemment. Mais j'aime bien l'idée de raconter tout ça à mes petits-enfants  quand j'aurai 75 ans".

francetv sport @francetvsport