PERAUD DECEPTION
La déception de Jean-Christophe Peraud, à l'arrivée. | MATHILDE L'AZOU

Jean-Christophe Péraud rejoint l'UCI dans la lutte contre le dopage mécanique

Publié le , modifié le

L'Union cycliste internationale a annoncé, via un communiqué, que Jean-Christophe Péraud la rejoignait en tant que "Manager matériel et lutte contre la fraude technologique". Le Français, titulaire d’un DUT de Génie chimique, d’une Licence et d’une Maîtrise en Génie des procédés, et d’un Diplôme d’Ingénieur en Génie énergétique et environnement, a été choisi précisément parce qu'il dispose d'une formation de scientifique et d'ingénieur.

Selon nos informations, Jean-Christophe Péraud devrait débuter dans sa nouvelle tâche en lançant une grande consultation scientifique autour du dopage mécanique pour lancer un plan d'action de lutte contre ce fléau. La mission première du Français sera d'ailleurs bien la lutte contre les moteurs dans le cyclisme. Selon le communiqué de l'UCI, "Jean-Christophe Péraud sera chargé en particulier de la gestion par l’UCI des procédures d’approbation du matériel et de l’habillement utilisés en compétition, de la gestion des projets relatifs à l’utilisation des nouvelles technologies dans les épreuves cyclistes et de la lutte contre la fraude technologique". A ce poste, il remplace le très controversé Mark Barfield. Dans une enquête pour Stade 2, Thierry Vildary avait montré que celui-ci avait organisé des fuites quant à une enquête de la gendarmerie français. "Je suis avec la police française, qui croit qu'un Hongrois est sur le Tour pour vendre des vélos et rencontrer des équipes, est-ce que ça peut être ton gars ?", avait-il envoyé par mail à Harry Gibbings, directeur de Typhoon Bikes, employeur de Stefano Varjas, l'inventeur des vélos à moteur. 

Lappartient fait le ménage

Avec le départ de Mark Barfield, David Lappartient, tout nouveau président de l'UCI, vient de couper la troisième tête parmi l'UCI. Barfield rejoint l'ancien directeur général, Martin Gibbs, débarqué tout comme l'ancien conseiller spécial auprès du président, Justin Abbot. "Grâce à son solide bagage académique, son parcours professionnel et son expérience de coureur de haut niveau, il est l’homme idéal pour travailler, en étroite collaboration avec la Commission ad hoc de l’UCI, à la modernisation du règlement et des procédures en vigueur dans le domaine du matériel, en particulier en ce qui concerne la lutte contre la fraude technologique. Cette problématique constitue l’une de mes grandes priorités", a fait savoir Lappartient. Dans sa dernière enquête, notre journaliste Thierry Vildary avait montré la piètre efficacité des systèmes de l'UCI pour détecter la fraude technologique.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot