Greg Henderson (Sky)
Greg Henderson (Sky) | AFP - Lionel Bonaventure

Henderson soigne le sprint

Publié le , modifié le

Le Néo-Zélandais Greg Henderson (Sky) a remporté au sprint lundi la deuxième étape de Paris-Nice, disputée sur 199 km entre Montfort-l'Amaury (Yvelines) et Amilly (Loiret). Il a devancé l'Australien Matthew Goss et le Russe Denis Galimzyanov. Le Belge Thomas de Gendt (Vacansoleil) a conservé le maillot jaune de leader.

A bientôt 35 ans, le coureur de Dunedin qui a sans doute gâché ses plus belles années dans des équipes nord-américaines se déplaçant rarement en Europe, semble vivre un rêve. Au sein du Team Sky, Greg Henderson, victorieux à cinq reprises en 2010 et donc une fois en 2011, fait office de sprinteur numéro un même si la hiérarchie y est moins définie que chez HTC-Highroad. Henderson, vainqueur l'an passé à Contres (Loir-et-Cher), a tiré parti cette fois du travail de son coéquipier gallois Geraint Thomas dans la dernière ligne droite pour devancer l'Australien Matthew Goss et un peloton comprenant le maillot jaune, le Belge Thomas de Gendt.

L'étape a été animée par une longue échappée, lancée par Yann Offredo puis dans un second temps par deux autres Français Maxime Bouet et Tony Gallopin, dont l'écart sur le reste de la course n'a jamais dépassé les 3 minutes. Les deux hommes ont été rejoints à une quarantaine de kilomètres du but, par un peloton scindé en deux, mené par les équipes de sprinteurs. Le maillot jaune De Gendt, à moins de 2 km de la ligne, a bien tenter de sortir pour aller cueillir un deuxième succès d'affilée, mais il a été avalé par les spécialistes qui se sont disputés la victoire au sprint.

L'étape a également été marquée par plusieurs chutes sans conséquences graves qui se sont produites dans la seconde moitié du parcours, et ont concerné notamment le
Luxembourgeois Frank Schleck et l'Australien Heinrich Haussler, et par l'abandon du grimpeur français David Moncoutié, souffrant d'un genou, qui avait déjà souffert dans la première étape.

Classement de la 2e étape

 1. Greg Henderson (NZL/SKY)  les 199,0 km en 5h00:56.
 2. Matthew Goss (AUS/THR)  à  0:00.
 3. Denis Galimzyanov (RUS/KAT)  0:00.
 4. Heinrich Haussler (AUS/GRM)   0:00.
 5. Peter Sagan (SVK/LIQ)             0:00.
 6. Romain Feillu (FRA/VAC)         0:00.
 7. Jürgen Roelandts (BEL/OLO)    0:00.
 8. José Joaquin Rojas (ESP/GCE) 0:00.
 9. Tomas Vaitkus (LTU/AST)       0:00.
 10. Danilo Wyss (SUI/BMC)        0:00.

Classement général

1. Thomas De Gendt (BEL/VAC)  9h05:48.
2. Greg Henderson (NZL/SKY)    à    0:04.
3. Jérémy Roy (FRA/FDJ)                  0:07.
4. Matthew Goss (AUS/THR)            0:08.
5. Tony Gallopin (FRA/COF)             0:08.
6. Heinrich Haussler (AUS/GRM)       0:10.
7. Denis Galimzyanov (RUS/KAT)      0:10.
8. Jens Voigt (GER/LEO)                   0:12.
9. Romain Feillu (FRA/VAC)             0:13.
10. Peter Sagan (SVK/LIQ)              0:14.

Déclarations

Greg Henderson (NZL/Sky), vainqueur de l'étape: "Le sprint a été très rapide, en conclusion d'une journée fatigante car très nerveuse. Heureusement, j'ai pu compter sur Geraint Thomas, il a cette capacité à lancer le sprint. Je lui ai demandé de m'emmener à partir des 500 mètres, il a tenu jusqu'aux 250 mètres et j'ai tout donné. C'était un sprint long, en léger faux-plat montant. Sentir la victoire à portée m'a donné des ailes. L'objectif, c'est le Tour de France, j'espère le courir cette année, au contraire de l'an passé. On a un effectif impressionnant et c'est difficile de gagner sa place. La prochaine étape ? je vais essayer d'aller chercher le maillot jaune. Pour ça, il me faut passer la dernière bosse, près de l'arrivée, sans perdre de temps." 

Thomas de Gendt (BEL/Vacansoleil), leader: "Je ne sais pas moi-même pourquoi j'ai accéléré à l'approche du dernier kilomètre..Ce n'était pas une vraie attaque. Je me suis retrouvé devant, je n'allais quand même pas freiner. Mais je savais bien que j'allais être repris, sauf miracle. L'étape a été nerveuse, mais très particulière pour moi. Tout le monde m'a félicité pour ma victoire de dimanche. Des coureurs comme Devolder, Leukemans ou Carrara se sont mis à mon service. Mais, dans quelques jours, je retrouverai ma place. Le maillot jaune ? j'espère le garder encore demain"