Andrea Guardini
Andrea Guardini |

Guardini surprend Cavendish

Publié le , modifié le

L'Italien Andrea Guardini (Farnese Vini), 22 ans, a surpris tous les favoris en remportant au sprint la 18e étape du Tour d'Italie, disputée jeudi sur 149 km entre San Vito di Cadore et Vedelago. Parfaitement lancé par son équipe dans le final, Guardini a réussi à devancer sur la ligne le champion du monde, le Britannique Mark Cavendish. L'Espagnol Joaquim Rodriguez (Katusha) a conservé le maillot rose de leader.

Après les souffrances en montagne, et avant de nouveau deux gros rendez-vous avec plusieurs ascensions au programme, cette dernière étape de plat s'offrait logiquement aux sprinteurs toujours en course. De fait, Mark Cavendish, qui avait bien passé la montagne et pouvait logiquement espérer signer son 4e sucsès sur ce Giro. Les évènements en ont décidé autrement, même si comme prévu, le final a été jugé dans un emballag massif après que les habituels échappés du jour ont été repris par des équipes de sprinteurs, conscients qu'ils n'auraient plus d'autre chance de briller sur ce tour d'Italie.     

Dans cette étape de transition, ramenant vers la plaine de Vénétie  sous la chaleur retrouvée, l'équipe de Cavendish n'a laissé aucune chance aux  attaquants. Une fugue de quatre coureurs (Boaro, Clement, De Negri, Pagani) a été reprise avant le sprint intermédiaire (Km 84) gagné par Cavendish. Un autre groupe (Kaisen, Delage, Keizer, Clement) a connu semblable échec à l'approche  des 14 derniers kilomètres malgré une ultime résistance du Français Mickaël  Delage, rejoint par le Danois Lars Bak, jusqu'aux 4 kilomètres.

Dans la dernière ligne droite, les coéquipiers de Cavendish n'ont pu toutefois le mettre sur orbite. Derrière le Gallois Geraint Thomas, Guardini a surpris tout son monde en produisant son effort juste avant que le Britannique lance son sprint. Ce néophyte du Giro, qui avait terminé dernier de l'étape de mercredi à Cortina  d'Ampezzo, s'était visiblement refait une santé pour briller dans on exercice préféré. Le jeune Italien s'est imposé nettement,  pratiquement d'une longueur, devant Cavendish qui n'a pu le remonter, enlevant son septième succès de la saison (après avoir gagné six étapes du Tour de Langkawi). La troisième place est revenue à l'Italien Roberto Ferrari devant le Sud-Africain Robert Hunter. Cavendish, qui vise le classement par points du Giro (maillot rouge), a échoué à remporter une quatrième victoire depuis le départ. Le champion du monde, condamné à l'avance par la nature des trois dernières  étapes (deux de montagne, un contre-la-montre), restera dans ce Giro au score  de trois victoires, comme en 2009.

Joaquin Rodriguez n'a pas été inquiété dans cette étape relativement tranquille pour les favoris. Mais les choses pourraient changer dès vendredi, avec la 19e étape, longue de 198 km, qui propose une boucle terrible après le Passo Manghen (20,5 km à 7,4%). L'Alpe di Pampeago est escaladée à deux reprises, une première fois jusqu'au sommet du col (10,5 km à 9,7 %), la seconde jusqu'à la ligne installée à 1740  mètres d'altitude (7,7 km à 9,8 %).Pour Joaquim Rodriguez et l'Italien Ivan Basso, c'est l'avant-dernière chance de distancer le Canadien Ryder Hesjedal, dont la cote est montée en flèche après la première étape des Dolomites de de mercredi.

Déclarations

Andrea Guardini (ITA/Farnese  Vini), vainqueur de l'étape: "Mon directeur sportif Luca Scinto a su trouver les mots pour me piquer au vif: 'tu n'a pas fait un sprint depuis le départ !'  Et c'était vrai. Mais, j'étais convaincu que je pouvais faire quelque chose dans cette étape. C'est comme si elle avait été dessinée pour moi, avec les 60  derniers kilomètres tout plats. Aux 3 kilomètres, j'ai suivi le train de la Saxo Bank, le meilleur que je pouvais prendre car ils sont bien organisés. Je savais que je pouvais battre Cavendish et que, pour cela, je devais anticiper. Quand  j'étais plus jeune, mon modèle était McEwen. Là, ça ajoute à ma confiance pour travailler sereinement, pour pouvoir  passer les bosses et, un jour peut-être, gagner Milan-Sanremo qui est la course  de mes rêves. 

Mark Cavendish (GBR/Sky), 2e de l'étape: "Aujourd'hui, Guardini était plus  rapide que moi, il avait plus de forces. A coup sûr, il est rapide, mais je le  connais mal. Il doit encore démontrer beaucoup. On verra... J'ai entamé ce Giro  pour être digne du maillot de champion du monde et, si je n'étais pas tombé,  j'aurais pu être assuré de terminer la course avec le maillot rouge du  classement par points."   

Les classements  

Classement de la 18e étape
1. Andrea Guardini (ITA/FAR), les 149 km en 3h00:52.
2. Mark Cavendish (GBR/SKY) m.t.
3. Roberto Ferrari (ITA/AND) m.t.
4. Robert Hunter (RSA/GRM) m.t.
5. Lucas Haedo (ARG/SAX) m.t.
6. Giacomo Nizzolo (ITA/RSH) m.t.
7. Alexander Kristoff (NOR/KAT) m.t.
8. Francesco Chicchi (ITA/OPQ) m.t.
9. Geoffrey Soupe (FRA/FDJ) m.t.
10. Dennis Vanendert (BEL/LTB) m.t.

Classement général
1. Joaquin Rodriguez (ESP/KAT) 77h47:38.
2. Ryder Hesjedal (CAN/GRM) à 0:30.
3. Ivan Basso (ITA/LIQ) 1:22.
4. Michele Scarponi (ITA/LAM) 1:36.
5. Rigoberto Uran (COL/SKY) 2:56.
6. Benat Intxausti (ESP/MOV) 3:04.
7. Domenico Pozzovivo (ITA/COG) 3:19.
8. Paolo Tiralongo (ITA/AST) 4:13.
9. Thomas De Gendt (BEL/VAC) 4:38.
10. Sergio Henao (COL/SKY) 4:42.
11. Johann Tschopp (SUI/BMC) 4:46.
12. John Gadret (FRA/ALM) 4:46.  

francetv sport @francetvsport