Péraud: "Je ne me situe plus !"

Péraud: "Je ne me situe plus !"

Publié le , modifié le

A près de 39 ans, Jean-Christophe Péraud (AG2R La Mondiale) part dans l'inconnu, vendredi, à Apeldoorn, lors du contre-la-montre inaugural du Giro aux Pays-Bas. Le dauphin de l'Italien Vincenzo Nibali dans le Tour de France 2014 découvre un grand tour qu'il tenait à courir avant de tirer sa révérence à la fin de la saison.

Pourquoi avoir tenu à faire le Giro ?

Jean-Christophe Péraud: "C'est le seul grand tour que je n'ai pas couru et je ne voulais pas terminer ma carrière sans l'avoir fait. Il existe une vraie passion pour le cyclisme en Italie, un gros engouement, et les courses en Italie sont souvent intéressantes avec des profils montagneux et beaucoup d'arrivées en côte. Je le suivais les années précédentes. En mai, on est souvent en stage et, au retour de l'entraînement, on regarde tous le Giro."

Est-ce une course qui peut particulièrement vous convenir ?

J-C.P.: "Je suis un coureur de courses par étapes, de grands tours. Mais la course peut se perdre tous les jours. Il y a des pièges dès les premières étapes aux Pays-Bas. Ensuite, j'ai reconnu plusieurs étapes, quand c'était possible en fonction de la neige."

Où vous situez-vous après un début de saison assez discret ?

J-C.P. : "Je ne me situe plus ! (sourire). Il y a au départ une grosse équipe Astana autour de Nibali et les Sky pour donner la réplique. Après... Je vais attendre quelques jours pour en savoir plus. Le Tour du Trentin (9e du classement final) m'a fait du bien, il m'a redonné goût au vélo. Il faut voir maintenant ce que ça donnera sur trois semaines. J'ai le moral, je n'y vais pas sur la retenue. J'ai envie de courir ce Giro, de faire au mieux de mes capacités."

AFP