Nibali drapeau italien giro 052013
Vincenzo Nibali grand vainqueur du Giro 2013 | AFP

Nibali sacré, Cavendish au finish

Publié le , modifié le

Sans surprise, la 21e et dernière étape du 96e Tour d'Italie a consacré Vicenzo Nibali, incontestable vainqueur de ce Giro souvent disputé dans des conditions dantesques. L'ultime étape est revenue à l'insatiable Britannique Mark Cavendish, qui a signé son cinquième succès dans l'épreuve.

Au classement final, Nibali, 28 ans, devance le Colombien Rigoberto Uran,  deuxième à 4 min 43 sec, et l'Australien Cadel Evans, troisième à 5 min 52 sec.  Dans la dernière étape, longue de 197 kilomètres entre Riese Pie X et  Brescia (nord), Cavendish, 28 ans lui aussi, a devancé au sprint les Italiens  Sacha Modolo et Elia Viviani. En tête du Tour d'Italie après la 8e étape, Nibali a parachevé son succès  dans les derniers jours de course en enlevant deux étapes, le contre-la-montre  en côte de Polsa (jeudi) puis l'étape arrivant aux Trois Cimes de Lavaredo dans  les Dolomites (samedi).   Favori au départ de Naples avec le Britannique Bradley Wiggins, vainqueur  du Tour de France 2012, Nibali a pris le dessus sur son rival dès la première  semaine d'une course trépidante, dans le sud du pays.

Wiggins, traumatisé par une chute sur les routes rendues très glissantes  par les orages, a fini par abandonner au matin de la 13e étape, souffrant d'une  infection pulmonaire. Sans adversaire de son niveau, Nibali a contrôlé ses adversaires sans  jamais être mis en difficulté. Il a laissé la victoire à l'un de ses  compatriotes, Santambrogio, dans la 14e étape dont le parcours a déjà dû être  modifié en raison de la neige, puis a surveillé ses rivaux, le lendemain, dans  la montée du Galibier.

Evans, le doyen

Le mauvais temps a pesé sur les dernières journées de course, jusqu'à  provoquer l'annulation de la 19e étape qui devait franchir les cols mythiques  du Gavia et du Stelvio. La 20e étape, la dernière de montagne, bien qu'amputée  de trois ascensions, a donné lieu à une arrivée d'anthologie aux Trois Cimes du  Lavaredo, dans une tourmente de neige. Evans, qui a perdu ce jour-là sa deuxième place, a sauvé toutefois sa  présence sur le podium final, à l'âge de 36 ans, le meilleur résultat pour un  coureur de cet âge depuis... 1928. Uran, 26 ans, a réalisé la meilleure performance de sa carrière dans un  grand Tour (2e et vainqueur d'une étape). Il a symbolisé le retour en force des  Colombiens, qui n'avaient encore jamais pris place dans les trois premiers du Giro. Un autre Colombien, Carlos Betancur, a pris la cinquième place du  classement final et a décroché le maillot blanc de meilleur jeune.

Un an après son absence complète du podium final dans l'édition 2012 gagnée  par le Canadien Ryder Hesjedal, le cyclisme italien s'est félicité du parcours  de Nibali, qui a fait oublier la faute du vétéran Danilo Di Luca, 37 ans,  contrôlé positif à l'EPO avant le départ de la course et contraint de s'en  aller à deux jours de l'arrivée. Nibali le Sicilien -le premier coureur de la grande île à gagner le Giro- a  remporté le deuxième grand Tour de sa carrière, trois ans après la Vuelta. L'an  passé, il avait pris la troisième place du Tour de France avant de rejoindre à l'intersaison l'équipe kazakhe du champion olympique de Londres, Alexandre  Vinokourov.

Déclarations : 

Mark Cavendish (GBR/Omega  Pharma), vainqueur de l'étape: "La dernière étape est toujours très spéciale.  Je voulais aussi ce maillot rouge (du classement par points), j'y tenais  particulièrement. L'équipe a fait un travail incroyable, je peux vraiment  compter sur un groupe exceptionnel. Modolo (2e) a fait un sprint  extraordinaire, ça n'a pas été facile de le remonter mais, actuellement, je  suis vraiment bien, je l'ai montré une nouvelle fois. Après avoir franchi  toutes ces montagnes, je ne pouvais pas perdre à Brescia".

AFP