Beñat Intxausti, Movistar
Beñat Intxausti | LUK BENIES / AFP

Intxausti tient son étape

Publié le , modifié le

L'Espagnol Benat Intxausti (Movistar) a remporté mardi la 16e étape du Tour d'Italie disputée sur 238 km entre Valloir, en Savoie, et Ivrea dans le Piémont. Dans un final très animé, après la dernière côte située à 17,5 km de la ligne, les attaques se sont multipliées, et c'est finalement le Basque, qui avait été leadeer une journée après la 7e étape du Giro, qui a réglé le sprint de ses deux derniers compagnons d'échappée. L'Italien Vinczenzo Nibali (Astana) a conservé son maillot rose de leader.

Une échappée de 22 coureurs s'est formée en plusieurs temps dans l'ascension du col-frontière du Mont-Cenis. L'équipe de Nibali a laissé à ce  groupe un avantage maximal approchant les cinq minutes. Mais l'écart a fondu ensuite et les derniers rescapés (Kelderman, Pirazzi,  Navardauskas, Pate) ont été rejoints avant le sommet de la dernière difficulté,  à l'entrée des 20 derniers kilomètres. Kangert a attaqué à plusieurs reprises et a entraîné avec lui, aux 6  kilomètres, Intxausti, Niemiec et le Néerlandais Robert Gesink, lequel a été  retardé par une crevaison à l'approche d'Ivrea.

Intxausti, qui participe pour la troisième fois au Giro, et souvent dans le coup depuis les premiers jours,  a parfaitement géré la dernière ligne droite pour aller remporter, pour la  première fois de sa carrière une étape d'un grand tour, en devançant sur la ligne l'Estonien Tanel Kangert, un coéquipier de Nibali, et le Polonais  Przemyslaw Niemec. "Ce n'était pas un sprint facile. Aux trois kilomètres,  Kangert s'est mis dans ma roue, je savais que c'était l'adversaire. Aux 700  mètres, j'ai eu le sang-froid nécessaire pour me placer dans son sillage et,  aux 300 mètres, comme le vent soufflait dans le bon sens, j'ai attaqué sur le  côté extérieur. C'est une belle victoire, différente du maillot rose que j'ai  porté une journée", a expliqué le coureur espagnol. Il a signé ainsi la 3e victoire pour Movistar. Avant lui, ses coéquipiers, le Britannique Alex Dowsett (8e étape,  contre-la-montre de Saltara) et l'Italien Giovanni Visconti (15e étape,  Galibier) s'étaient imposés dans cette édition du Tour d'Italie.

Principale victime du jour, l'Italien Mauro Santambrogio a été débordé dans  la montée de la dernière difficulté, à une vingtaine de kilomètres de  l'arrivée, et a perdu plus de deux minutes. "Dans une  course de trois seamines, une mauvaise journée peut arriver à n'importe qui. A  Wiggins, à Scarponi... Aujourd'hui, c'était mon tour", a relativisé le Transalpin. Il a reculé de la 4e à la 6e place  du classement général. pas de problème en revanche pour le maillot rose. Nibali a franchi la ligne avec ses adversaires directs, une quinzaine de  secondes plus tard et garde plus que jamais la mainmise sur la course.

Classement de la 16e étape

1.  Benat Intxausti (Esp / Movistar)    5'52'48"
2.  Tanel Kangert (Est / Astana)                     m.t.       
3.  Przemyslaw Niemiec (Pol / Lampre)                    
4.  Ramunas Navardauskas (Lit / Garmin)  à 14"     
5.  Cadel Evans (Aus / BMC Racing)  
6.  Franco Pellizotti (Ita / Androni Giocattoli)           
7.  Michele Scarponi (Ita / Lampre)
8.  Rafal Majka (Pol / Saxo - Tinkoff)
9.  Jose Herrada (Esp / Movistar)
10. Carlos Betancur (Col / AG2R) m.t

Classement général

1.  Vincenzo Nibali (Ita / Astana)  67h 55'36"
2.  Cadel Evans (Aus / BMC Racing) à 1'26"
3.  Rigoberto Uran (Col / Team Sky)  à 2'46"
4.  Michele Scarponi (Ita / Lampre)  à 3'53"
5.  Przemyslaw Niemiec (Pol / Lampre)  à 4'13"
6.  Mauro Santambrogio (Ita / Vini Fantini)   à  4'57"
7.  Carlos Betancur (Col / AG2R)à  5'15"
8.  Rafal Majka (Pol / Saxo - Tinkoff) à 5'20"
9.  Benat Intxausti (Esp / Movistar) à  5'47"
10. Domenico Pozzovivo (Ita / AG2R) à 7'34"

 

 

Christian Grégoire