Dario Cataldo
Dario Cataldo | LUK BENIES / AFP

Giro : La victoire pour Dario Cataldo à Como, la mauvaise opération pour Primoz Roglic

Publié le , modifié le

Parti dès les premiers kilomètres aux côtés de Mattia Cattaneo, Dario Cataldo (Astana) a réglé son compatriote au sprint pour s'imposer ce dimanche, lors de la 15e étape du Tour d’Italie entre Ivrea et Como (232 km). Victime d'un problème mécanique à 20 km avant de tomber dans la descente du Civiglio, Primoz Roglic a perdu 42 secondes sur Vincenzo Nibali et le maillot rose Richard Carapaz.

Sept ans après sa victoire sur la Vuelta, Dario Cataldo a remis ça ce dimanche en s'imposant lors de la 15e étape du Tour d’Italie entre Ivrea et Como (232 km), sa deuxième victoire sur un Grand Tour. Parti dès le début de journée aux côtés de Mattia Cattaneo (Androni Giocattoli – Sidermec), les deux coureurs italiens se sont offerts une échappée au long cours. Une escapade de près de 215 kilomètres, avant que l'Italien d'Astana ne se montre plus fort que son compatriote dans le sprint en duo pour lever les bras.

Cataldo et Cataneo ont franchi la ligne avec onze secondes d'avance sur un quatuor formé de Simon Yates, Hugh Carthy, mais surtout Richard Carapaz et Vincenzo Nibali. L'Equatorien et l'Italien, partis dans les derniers hectomètres du Civiglio, ont profité de la chute de Primoz Roglic à 5 kilomètres de l'arrivée pour reprendre 42 secondes au Slovène. Carapaz garde les commandes du Giro à la veille de la seconde journée de repos, avec désormais 47 secondes d'avance sur Roglic. Nibali a lui réduit l'écart avec ce dernier et ne compte plus qu'une minute de retard sur le coureur de la Jumbo-Visma.

Roglic chute, Nibali et Carapaz en profitent

Si la Madonna del Ghisallo (8,6km à 5,6%) et la Colma di Sormano (9,6km à 6,6%) n'ont vu que Simon Yates et Miguel Angel Lopez tenter timidement leur chance sans réussir à créer l'écart, les 4,2km à 9% du Civiglio, dernière difficulté de la journée, ont eux rebattu quelques peu les cartes au classement général et ont fait mal à Primoz Roglic.

Victime d'un problème mécanique à 20 kilomètres de l'arrivée, c'est avec le vélo de son coéquipier Antwan Tolhoek et après un gros effort pour recoller au groupe maillot rose que le Slovène attaquait le Civiglio, terrain de jeu de Vincenzo Nibali. Dans la foulée de Hugh Carthy et Simon Yates, tous deux sortis très rapidement, le Requin de Messine n'a pas tardé à montrer les crocs. Une première banderille qui fait mal, où seul le maillot rose Richard Carapaz est à même de prendre la roue de l'Italien. Les deux coureurs rejoignent Yates et Carthy et se mettent en chasse des deux échappés dans une descente ou Nibali aura pris tous les risques pour reprendre le plus de temps possible sur Primoz Roglic.

Car un peu plus haut sur le Civiglio, Roglic s'est fait peur en partant à la faute dans la descente, heurtant une glissière à la sortie d'une épingle. Une sortie de route qui coûte cher au leader de la Jumbo-Visma, qui franchira la ligne 42 secondes derrière Nibali et Carapaz. Ce dernier, plus que jamais maillot rose avec 47 secondes d'avance sur Roglic et 1'47" sur Nibali, pourra sereinement profiter de la seconde journée de repos programmée demain. Une trève de courte durée pour les favoris, qui auront droit à une pure étape alpestre mardi pour la 16e étape entre Lovere et Ponte Di Legno. Au programme : 4 800 m de dénivelé et 3 ascensions dont le Passo del Mortirolo et ses 11,9 km à 10,9% de moyenne.

La chute de Primoz Roglic