Esteban Chaves

Giro : Esteban Chaves enlève la 19e étape, Richard Carapaz toujours leader

Publié le , modifié le

La 19e étape du Tour d'Italie s'est réglée entre les coureurs échappés. Parmi la douzaine ayant fait la course en tête, Esteban Chaves (Mitchelton-Scott) a été le plus fort dans l'ascension finale vers San Martino di Castrozza. Le Colombien a résisté aux multiples attaques de ses compagnons et concurrents de l'échappée. Andrea Vendrame vient prendre la 2e place, Amaro Antunes la 3e. Au classement général, Vincenzo Nibali et Primoz Roglic n'ont pas réussi à reprendre du temps sur le leader Richard Carapaz.

La dernière ascension de cette 19e étape n'aura profité qu'à deux hommes. Dans un premier temps, Esteban Chaves (Mitchelton-Scott). Le coureur colombien, présent dans une échappée d'une douzaine de cyclistes, a décroché sa première victoire de la saison. Dans un groupe qui s'est désuni au fur et à mesure que le col final avançait, l'homme de 29 ans a été le plus lucide et le plus fort.  "C'est juste du bonheur ! Je me déleste d'un gros poids. C'était un jour de libération après tous les problèmes rencontrés. Dans la dernière montée, je ne sais pas combien de fois j'ai pu attaquer. Mais il fallait y croire. Michael Rogers et Mark Cavendish ont eu aussi cette maladie (virus d'Epstein-Barr), ils sont revenus. Au début, j'ai douté. Puis, après le diagnostic, on sait quelle route il faut prendre. J'avais peur de ne pas retrouver le niveau. Maintenant, j'ai montré que je peux le faire. Et le refaire", confie le vainqueur. 

Tour à tour, les différents membres du contingent de tête se sont attaqués. Parfois franchement. François Bidard (AG2R La Mondiale), dernier rescapé français dans la montée finale, a tenté en vain. Mais l'offensive la plus tranchante a été portée par Chaves à deux kilomètres du terme. Une accélération que personne n'a pu suivre. Esteban Chaves a conclu l'étape en solitaire, son troisième succès sur un Giro. "J'ai tout donné sur la dernière attaque. Le plus important est d'aller de l'avant, de ne pas renoncer. L'Italien Andrea Vendrame, retardé à deux reprises par un saut de chaîne, a pris la deuxième place de l'étape devant le Portugais Amaro Antunes.

Les favoris se neutralisent

L'autre grand vainqueur du jour est Richard Carapaz (Movistar). Car loin derrière l'échappée, qui a compté dix minutes d'avance, les formations des leaders s'organisaient en vue du classement général. Mais tous les poursuivants du maillot rose, Vincenzo Nibali et Primoz Roglic principalement, n'ont pas réussi à grappiller des secondes sur l’Équatorien. Seul Miguel Angel Lopez (Astana) est parvenu à reprendre 44 secondes sur le leader (6e à 5 min 33 sec désormais). "On a décidé d'essayer dans les derniers kilomètres pour voir si on pouvait gagner quelques secondes. Je me suis senti bien toute la journée, alors j'ai attaqué.  Je suis content du résultat mais, à coup sûr, le plus important se jouera demain (samedi)", avoue le Colombien. 

Samedi, l'étape des Dolomites, une boucle de 194 kilomètres entre Feltre et le Monte Avena, offre l'ultime occasion aux grimpeurs. Avec deux grands cols, le Passo Manghen et le Passo Rolle, avant le final du Croce d'Aune (11 km à 5,5 %) prolongé par les 6900 derniers mètres du Monte Avena (à 7,3 %).