Giro: Arredondo fait grosse impression

Giro: Arredondo fait grosse impression

Publié le , modifié le

Déjà auteur de deux victoires d’étape sur le Tour de San Luis et d'un Top 5 sur le Tirreno Adriatico, Julian Arredondo (Trek) a remporté la plus belle victoire de sa jeune carrière en s'imposant sur la 18e étape du Giro. Le Colombien, habillé du maillot de meilleur grimpeur, consolide son leadership. Pierre Rolland (Europcar) se fait une place sur le podium.

Pierre Rolland, avec son podium, en éclipserait presque la performance de Julian Arrendondo. Car, s'il y a un enseignement à tirer de cette 18e étape, c'est bien le coup réalisé par le Français. A l'attaque dans le final, le coureur du Team Europcar a placé par trois fois une accélération dans la montée de 16 kilomètres vers le refuge Panarotta. Cadel Evans (BMC), qui a explosé en plein vol dans l'ascension pour compter à l'arrivée 1'41" de retard sur le groupe maillot rose, a laissé Pierre Rolland prendre place à ses dépens sur le podium, deux secondes devant Aru (Astana) et Majka (Saxo-Tinkoff). Vainqueur de l'étape devant son compatriote Duarte (Colombia), Arredondo a conforté si besoin son maillot azur de meilleur grimpeur.

Sorti du peloton après 43 km, et accompagné de treize coureurs, le Colombien a fait le plein de points pour le classement de la montagne en passant tous les cols du jour en tête. Mais, ce qui était à première vue une bagarre pour le maillot de meilleur grimpeur, s'est transformée en lutte pour la victoire d'étape. Arredondo, sûr de sa force, a contrôlé les coups de pédale successifs de Thomas de Gendt et de Fabio Duarte avant de placer un contre à 4 km du finish. Personne n'a eu le bagage nécessaire pour venir le devancer sur la ligne. 

Comme mercredi, Nairo Quintana (Movistar) a lui passé une journée tranquille à l'arrière. Car, contrairement à son principal adversaire Rigoberto Uran (Omega-Pharma Quick-Step), le Colombien ne s'est pas affolé lorsque Rolland a attaqué. Sûr de sa force, le chef de file de la Movistar a profité comme Aru du sacrifice de Wout Poels, équipier d'Uran, pour revenir dans la roue du Français. Confirmant un peu plus qu'il faudra un miracle pour aller le déloger de son fauteuil de leader.

Yohan Roblin @yohanroblin