Giro : Arnaud Démare remporte la 4e étape au sprint à la photo-finish

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Arnaud Démare s'est imposé au sprint ce mardi sur la 4e étape
Arnaud Démare s'est imposé au sprint ce mardi sur la 4e étape | LUCA BETTINI / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Il s'agit de sa deuxième victoire sur le tour d'Italie. Arnaud Démare, champion de France, s'est imposé ce mardi à l'occasion de la 4e étape du Giro au terme d'un sprint exceptionnel. L'issue de la course s'est jouée à la photo-finish, le Français terminant devant Peter Sagan et Davide Ballerini pour remporter sa onzième victoire de la saison. À l'issue de cette étape, João Almeida conserve son maillot rose de leader du classement général.

Le sprint le long de la mer Méditerranée, à Villafranca Tirrena, aura finalement souri à Arnaud Démare (Groupama-FDJ). Le champion de France a remporté ce mardi sa onzième victoire de la saison, en s'imposant sur la 4e étape du tour d'Italie à l'issue des 140 kilomètres séparant Catane de Villafranca Tirrena. Un succès acquis au terme d'un sprint insoutenable, au cours duquel Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), Davide Ballerini (Deceuninck-Quick-Step) et Arnaud Démare ont été départagés à la photo-finish.

Le gros rythme imposé par Bora-Hansgrohe

C'est donc bel et bien le Français qui aura le mieux lancé son vélo sur la ligne d'arrivée, pour devancer le Slovaque et l'Italien au classement de cette 4e étape, et remporter la deuxième victoire de sa carrière sur le Giro après la 10e étape de l'édition 2019. "Je m'entraîne à faire le dernier coup de rein et c'est ça qui me permet de l'emporter aujourd'hui, donc c'est extraordinaire", s'est félicité le Français à l'issue de la course. L'équipe française Groupama-FDJ signe donc une belle victoire sur cette 103e édition du tour d'Italie, après avoir roulé en tête du peloton aujourd'hui, aux côtés de l'équipe Bora-Hansgrohe.

à voir aussi Giro : Revivez la 4e étape entre Catane et Villafranco Giro : Revivez la 4e étape entre Catane et Villafranco

Le gros rythme imprimé par l'équipe allemande dans la montée de la difficulté du jour, le col de Portella Mandrazzi, avait suffi à faire exploser le peloton et à distancer Elia Viviani (Cofidis) et Fernando Gaviria (Team UAE), deux candidats potentiels à la victoire d'étape aujourd'hui. Bora-Hansgrohe n'a pas ralenti la cadence dans la descente sur les pavés mouillés, permettant d'abord de rattraper Marco Frapporti (Vini Zabù-KTM) et Kamel Gradek (CCC), présents dans l'échappée du jour, à 30 kilomètres de l'arrivée.

Un sprint très tendu

Le peloton est ensuite revenu sur Simon Pellaud (Androni) à vingt kilomètres de l'arrivée, après que le Suisse a été à l'avant de la course pendant 120 kilomètres. À l'approche de l'arrivée, les différentes équipes ont tenté de placer leur sprinteur dans les meilleures conditions, Viviani parvenant notamment à raccrocher le groupe principal. Le long sprint à Villafranca Tirrena, sur une chaussée humidifiée par la pluie, a donc été remporté par Démare, qui a devancé Sagan et Ballerini à la photo-finish. "Il lui fallait jusque-là deux ou trois sprints pour aller chercher la gagne. Le fait qu'il l'emporte aussi rapidement sur le Giro, c'est super pour lui et pour l'équipe", s'est enthousiasmé Marc Madiot, dirigeant de la Groupama-FDJ, après la course.

Après une 3e étape éreintante sur les pentes de l'Etna - qui a provoqué l'abandon du favori Geraint Thomas, victime d'une fracture du bassin suite à une chute -, la 4e étape aura donc également été spectaculaire avec la victoire du Français qui ne se joue pas à grand chose. Le classement au classement général n'évolue pas significativement, et João Almeida (Deceuninck-Quick-Step) conserve le maillot rose de leader.

à voir aussi Tour d'Italie : fracture du bassin pour Geraint Thomas qui jette l'éponge Tour d'Italie : fracture du bassin pour Geraint Thomas qui jette l'éponge

Ce matin, au départ de l'étape, Démare admettait s'attendre à jouer les premiers rôles aujourd'hui et peut donc célébrer cette belle victoire, la première d'un Français sur le Giro avec le maillot tricolore depuis Laurent Fignon en 1984. D'autant que le Français ne connaissait pas, après avoir passé la ligne d'arrivée, son classement à l'issue de l'étape : "J'ai l'impression de faire 2e ou 3e, et ensuite on m'annonce que je suis premier. J'ai la chance avec moi, c'est extraordinaire."