Primoz Roglic (Jumbo-Visma)
Primoz Roglic (Jumbo-Visma) | Luk BENIES / AFP

Giro 2019 : Primoz Roglic remporte le contre-la-montre et assomme ses rivaux

Publié le , modifié le

Primoz Roglic a réalisé la très bonne opération en remportant lors de la 9e étape du Tour d'Italie, un contre-la-montre de 34 kilomètres à Saint Marin, et en reprenant donc du temps à tous ses rivaux. Le Slovène compte désormais 1'44 d'avance sur Vincenzo Nibali, très bon 4e ce dimanche, 3'46'' sur Simon Yates et 4'27 sur Miguel Angel Lopez. Valerio Conti conserve le maillot rose.

Un premier coup de semonce lors du contre-la-montre inaugural à Bologne puis le deuxième ce dimanche lors de la 9e étape tracée sur 34,8 kilomètres autour de Saint Marin, Primoz Roglic, s'il n'a pas encore remporté le Giro 2019, a pris une avance assez confortable en vue d'une troisième semaine de tous les dangers. Meilleur rouleur parmi les favoris, le Slovène de la Jumbo-Visma a confirmé son statut en s'offrant sa deuxième victoire d'étape devant Victor Campenaerts (Lotto-Soudal, +0'11'') et Bauke Mollema (Trek-Segafredo, +1'00). Au général, le plus proche adversaire de Roglic est pointé à 1'44 et il s'agit du "Squale", Vincenzo Nibali. Simon Yates est à 3'46 et Miguel Angel Lopez à 4'27. Valerio Conti, 38e de l'étape, conserve le maillot rose mais a perdu la majeure partie de son avance sur Roglic sur lequel il ne compte plus que 1'50 de marge.

Campenaerts malheureux

Avant que le Giro n'atteigne enfin la haute montagne, ce sera le cas vendredi pour la 13e étape, Primoz Roglic a fait sa part de travail. Lui, le rouleur grimpeur, savait qu'il avait un coup à jouer sur les presque 43 kilomètres d'effort solitaire prévus sur la première semaine. Les quelques secondes grappillées à Frascati (4e étape) sur ses rivaux sont un bonus non négligeable mais l'addition est lourde pour tous ses adversaires. Sur la route mouillé de Saint Marin, le Slovène n'a pas tremblé et n'a fait aucune faute. Il s'offre même, bien aidé par l'ennui mécanique subi par Victor Campenaerts son dauphin dans le final, sa deuxième victoire d'étape sur le Tour d'Italie 2019. Il fallait remonter à Jan Hruska en 2000 pour trouver trace d'un coureur remportant deux "chronos" sur le même Giro.

Yates et Lopez vont devoir attaquer, Peters en blanc

Alors qu'il avait promis l'enfer à ses adversaires avant le début du Tour d'Italie, Simon Yates a connu une première semaine très difficile. Le Britannique de la Mitchelton-Scott a concédé 3'11 à Roglic ce dimanche et a terminé au-delà de la 30e place. C'est pire pour Miguel Angel Lopez, 42e, à 3'45 du vainqueur du jour. Ces deux coureurs, s'ils croient encore à la victoire finale vont devoir mettre le feu à la dernière semaine. A noter que chez Astana, le vainqueur de la 8e étape, Pello Bilbao pourrait bien prendre le leadership puisqu'il n'est qu'à 1'42 de Roglic. Parmi les outsiders, Mollema est à 1'55, Jungels à 2'18, Majka à 2'53, Oomen à 3'12, Carapaz à 3'16 et Zakarin à 3'32. Tous ces coureurs devancent donc Yates et Lopez.

A noter la belle satisfaction du jour côté français, le maillot blanc de Nans Peters. Seulement 43e à 3'46 de Roglic, le coureur d'Ag2r-La Mondiale s'accroche à sa 3e place au général et est surtout le nouveau meilleur jeune de ce Giro 2019.