Giro - 19e étape : le Tchèque Josef Cerny remporte sa première victoire sur un grand tour dans une étape exceptionnellement raccourcie

Publié le , modifié le

Auteur·e : Vincent Daheron
Josef Cerny
Josef Cerny lève les bras pour la première fois sur le niveau World Tour. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Dans une étape raccourcie après la protestation d'une partie du peloton, le Tchèque Josef Cerny a remporté la première victoire de sa carrière sur un grand tour. La 19e étape de ce Giro devait être la plus longue de cette édition 2020 mais les coureurs ont protesté pour raccourcir l'étape, se plaignant d'un programme trop chargé sur cette troisième semaine. Derrière le Tchèque, Victor Campenaerts et Jacopo Mosca. Comme prévu, aucun changement dans la lutte pour le classement général et Wilco Kelderman garde son maillot rose de leader.

On aurait dû évoquer la cinquième victoire d'étape d'Arnaud Démare sur ce Giro, raconter comment le sprinteur français est devenu l'égal de Bernard Hinault, Laurent Fignon et Laurent Jalabert avec autant de succès sur un même grand tour. Ou au contraire, expliquer ce qu'il a manqué au Picard pour entrer dans l'histoire du cyclisme français. Mais ça, on sait que c'était impossible tant Arnaud Démare a survolé tous les sprints massifs durant ce Tour d'Italie. Il n'en a rien été dans cette étape qui aurait dû être la plus longue de cette édition 2020. Elle ne l'a pas été, car raccourcie de 258 km à seulement 124,5 km, partant finalement d'Abbiategrasso au lieu de Morbegno, pour rejoindre Asti. Au bout d'une étape si particulière, c'est finalement le Tchèque Josef Cerny (CCC) qui a levé les bras à Asti.

8 kilomètres et puis retour dans le bus

Au lendemain de l'étape gargantuesque du Stelvio, et plus largement d'une troisième semaine très difficile pour les organismes avec trois étapes consécutives de plus de 200 km agrémentées de 4 500 m de dénivelé positif minimum, le peloton a décidé de protester. En cause ? Cette quatrième étape de suite à plus de 200 km donc, disputée qui plus est sous une pluie épaisse. Les coureurs ont également mis en cause l'organisation de course et les longs transferts réalisés en bus, coupables selon eux d'une fatigue excessive. Après 8 km, les cyclistes ont regagné le bus de leurs équipes respectives pour rallier la nouvelle ligne de départ, 140 km plus loin.

La course a finalement eu lieu. Une échappée de 14 coureurs a pris le large dès le nouveau kilomètre zéro sous l'impulsion de Victor Campenaerts (NTT). L'équipe Bora-Hansgrohe, l'une des équipes favorables à la tenue de la course sur sa distance initiale, a tenté de reprendre les fuyards pour permettre à Peter Sagan de décrocher une deuxième étape sur ce Giro 2020. Mais trop esseulée dans sa quête, l'équipe allemande a renoncé et le peloton a laissé filer les hommes de têtes. Malgré l'objectif de cinq victoires forcément dans la tête d'Arnaud Démare, la Groupama-FDJ a préféré ne pas épauler l'équipe Bora-Hansgrohe pour consolider son avance au classement cyclamen et ne pas prendre le risque de voir Peter Sagan lui déposséder. Le Français est désormais certain de ramener son maillot cyclamen à Milan, dimanche.

Josef Cerny en solitaire

A 23 kilomètres de l'arrivée à Asti, le Tchèque Josef Cerny (CCC) a alors décidé de partir en solitaire. Il a résisté à ses anciens compagnons d'échappée pour aller cueillir sa première victoire d'étape sur un grand tour. Très gros rouleur, il n'a pas cédé sous la pression de Victor Campenaerts (NTT) et Jacopo Mosca (Trek-Segafredo) qui prennent respectivement la 2e et 3e place.

Dans la lutte pour le classement général, aucun changement n'a eu lieu dans cette 19e étape malgré une maigre tentative du troisième de ce Giro, Tao Geoghegan Hart (Ineos-Grenadiers), à 600 m de la ligne pour tenter de reprendre trois secondes à Jai Hindley (Sunweb), deuxième. En vain. Le Néerlandais Wilco Kelderman (Sunweb) conserve, lui, son maillot rose de leader.