Giro, 11e étape : Quatrième victoire au sprint pour Arnaud Démare à Rimini

Publié le , modifié le

Auteur·e : Martin Boissereau
Arnaud Démare (Groupama-FDJ) lève encore les bras après un sprint victorieux lors de la 11e étape du Giro
Arnaud Démare (Groupama-FDJ) a encore gagné un sprint lors de la 11e étape du Giro | AFP - Luca Bettini

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Arnaud Démare a une nouvelle fois levé les bras après avoir devancé Peter Sagan au sprint, sur le Giro, à l’issue de la 11e étape entre Porto Sant’Elpidio et Rimini (182 km). Grâce à cette quatrième victoire, le Français égale Bernard Hinault, auteur d'un quadruplé sur le Giro 1982, et conforte son maillot Cyclamen.

Le patron, c’est lui. Après une première semaine idyllique sur le Tour d’Italie, rythmée par trois victoires d’étapes, Arnaud Démare a de nouveau levé les bras. Emmené par le train de la Groupama-FDJ, décidément sans égal, le Français conforte son maillot Cyclamen en devançant son dauphin au classement par points, Peter Sagan (Bora-Hansgrohe). Avec 220 unités, il relègue le Slovaque à 36 longueurs (184 points). Surtout, il remplit un peu plus son principal objectif en Italie, gagner des étapes. Le natif de Beauvais compte d'ailleurs plus de premières places (5) que de deuxièmes (4), désormais, sur le Giro.

Le champion de France avait déjà remporté treize courses cette saison. Il est à présent à une longueur de son record, vieux de six ans (15 victoires en 2014). Le tout sur une saison réduite par la Covid-19. Il égale également un exploit de Bernard Hinault. Jusqu’alors, le "Blaireau" était le seul Français à avoir réalisé un quadruplé sur le Tour d’Italie (1982). Jean-François Bernard (1988), Laurent Jalabert (1999) et Nacer Bouhanni (2014), eux, ont "seulement" réussi à engranger trois succès sur une même édition du Giro.

Seul rescapé de l'échappée, Armée a cédé

L'échappée du jour a pourtant cru aller jusqu'au bout, ce mercredi. Cinq hommes ont passé une partie de la journée à l’avant, le long de la mer Adriatique. Quatre Italiens et un Belge, Sander Armée, se sont échappés 77 kilomètres après le départ de Porto Sant’Elpidio. Le coureur de la Lotto Soudal a ensuite faussé compagnie aux compatriotes lorsqu'il a accéléré, à 25 km de l’arrivée. Courageux, celui qui avait devancé Arnaud Démare lors de la 3e étape du tour du Poitou-Charentes, il y a 46 jours, a été rattrapé par le peloton à un peu plus de six kilomètres de Rimini (6.3 km).

Chassé par les équipes de sprinteurs, il n'a pas pu tenir. S'il s'est économisé lors des sprints intermédiaires, il paie sans doute le Monte San Bartolo, seule difficulté répertoriée au classement de la montagne (4e catégorie) de cette onzième journée. Et comme à son habitude depuis le début du Giro, Arnaud Démare a montré sa supériorité au sprint. Renversé par une moto à 32 kilomètres de l'arrivée, l'Italien Elia Viviani (Cofidis) n'a pas pu participer à la bataille dans les rues de Rimini, où est décédé "Le Pirate" Marco Pantani il y a plus de seize ans, en février 2004. Démare, lui, a de nouveau bien fini.