Philippe Gilbert
Le coureur de BMC, Philippe Gilbert | AFP - ERIC LALMAND

Gilbert:"Valverde, l'homme à surveiller"

Publié le , modifié le

Le Belge Philippe Gilbert (BMC), favori dimanche de la "Doyenne" des classiques Liège-Bastogne-Liège, qu'il dispute pour la 10e fois devant son public, dit vendredi se méfier de l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar), "l'homme à surveiller".

Vous avez remporté dimanche dernier l'Amstel Gold Race, Alejandro  Valverde s'est imposé mercredi dans la Flèche Wallonne. Est-il l'homme à battre  ?
Philippe Gilbert
: "Valverde a déjà gagné huit fois cette saison. A Liège, il a gagné deux  fois, il est toujours dans le top 5, le top 10. Pour moi, c'est l'homme à  surveiller."

Qui d'autre va jouer la gagne ?
P G
: "Kwiatkowski est très jeune mais il est déjà très impressionnant, sur ce  qu'il a montré au Tour du Pays basque, à l'Amstel Gold Race, à la Flèche  Wallonne. On peut compter sur lui. Nibali est toujours meilleur sur 260  kilomètres que sur 200. Il y en a d'autres comme Daniel Martin. Pour Joaquim  Rodriguez, la question est de savoir s'il a récupéré de ses chutes. Mais c'est  un spécialiste de Liège, Moreno également, son équipe est très forte en  général. En cherchant, on peut trouver d'autres noms aussi..."

Quelles conséquences auront les modifications de parcours ?
P G
: "Cela va changer pas mal de choses, je crois qu'il y aura plus de  mouvements que par le passé. C'est un parcours avec des moments très intenses,  avec des successions de côtes et des plages plus roulantes, propices aux  attaques. C'est difficile alors de contrôler et c'est là qu'il est important  d'avoir une équipe autour de soi."

Qu'avez-vous tiré de votre reconnaissance (vendredi) ?
P G
: "J'ai pris bonne note, il y a par exemple des pavés dans le final, des  trous dans la chaussée car on a des hivers assez rudes chez nous. On peut  perdre toute chance sur un problème mécanique."

La météo annonce un rafraîchissement...
P G
: "Je m'adapte à tous les climats mais j'aime autant quand c'est plus  frais. Toutes les personnes qui souffrent d'allergie au pollen sont très  ennuyées en ce moment. J'en ai souffert à la Flèche Wallonne. S'il y a 5 ou 6  degrés en moins, ce sera un avantage."

Le roi Philippe est attendu au départ. Y aura-t-il un autre "roi  Philippe" à l'arrivée ?
P G
: "(gêné) Ce n'est jamais venu de moi. Je n'oserai pas dire ça."

Que représente le fait d'en arriver à la 100e édition ?
P G
: "C'est marquant, on voit la place qui est faite dans les médias à cette  édition. Mais je crois que je réaliserai surtout après. Pour l'instant, je suis  concentré sur la course. Je la prends comme une course normale."

AFP