Philippe Gilbert heureux
Philippe Gilbert heureux | AFP - MICHEL KRAKOWSKI

Gilbert n'arrête plus

Publié le , modifié le

Philippe Gilbert (Omega Pharma-Lotto) a remporté dimanche la doyenne des classiques Liège-Bastogne- Liège disputée sur 255,5 km. Bien que particulièrement surveillé, le Belge a réussi à se glisser dans la dernière échappée, un groupe de trois hommes, en compagnie des frères Schleck qu'il a aisément réglés au sprint, tout en puissance, pour devancer Franck et Andy. La 4e place revenant au Tchèque Roman Kreuziger.

La course s'est dénouée dans la côte de la Roche aux Faucons, l'avant-dernière difficulté au seuil des 20 derniers kilomètres, où les frères Schleck sont passés à l'attaque sans attendre. Les deux Luxembourgeois et Philippe Gilbert ont rejoint avant le sommet les derniers rescapés d'une échappée lancée à quelque 85 kilomètres d'Ans (Siutsou,J. Pineau, Kadri, Garate, Ten Dam, Gasparotto, Van Avermaet).Le Kazakh Alexandre Vinokourov retardé par un changement de vélo, le trio maître a rejoint l'Italien Enrico Gasparotto, le François Jérôme Pineau et le Belge Greg Van Avermaet, le seul à garder ensuite le contact avec Gilbert et les deux Schleck.

Sous un chaud soleil, le quatuor de tête s'est présenté au pied de la côte de Saint-Nicolas où Van Avermaet a lâché prise. Andy Schleck, décroché vers le haut, a pu revenir ensuite mais Gilbert a contrôlé la situation jusqu'au bout. Les deux frères avaient un coup à jouer pour surprendre Gilbert, mais ils n'en sans doute pas eu les ressources pour cela. Le Belge a donc facilement géré les derniers kilomètres, poiur s'imposer au sprint et enlever sa troisième classique en huit jours.
Le Tchèque Roman Kreuziger a pris la quatrième place, en tête d'un premier groupe de poursuite, devant le Colombien Rigoberto Uran, au terme des 255,5 kilomètres.

Le coureur de Remoucamps, une bourgade située au pied de la côte de la Redoute, est le premier wallon à s'imposer dans la "Doyenne" depuis trente-trois ans et le succès de Joseph Bruyère. Il met fin également à quinze de disette du cyclisme belge dans cette épreuve (dernière de Vendenbroucke). Il est égalemen le deuxième coureur à réussir le triplé dans les classiques ardennaises (Amstel Gold Race, Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège), sept ans après l'Italien Davide Rebellin.

Le classement

 1. Philippe Gilbert (Bel/Omega Pharma-Lotto)  6h13'18"
  2. Frank Schleck (Lux / Leopard)            même temps
  3. Andy Schleck (Lux / Leopard)
  4. Roman Kreuziger (Tch / Astana)            +30"
  5. Rigoberto Uran (Col / Team Sky)
  6. Chris Sorensen (Dan / Saxo Bank)
  7. Greg Van Avermaet (Bel / BMC Racing)
  8. Vincenzo Nibali (Ita / Liquigas)
  9. Bjoern Leukemans (Bel / Vacansoleil)
 10. Samuel Sanchez (Esp / Euskaltel)

Déclarations

Philippe Gilbert (BEL/Omega Pharma), vainqueur: "C'est quelque chose d'incroyable, une journée fantastique ! Je n'ai pas de mots pour la décrire, la plus belle journée de ma vie sportive. J'apprécie chaque moment, je savoure à cent pour cent. Je veux tirer mon chapeau aux frères Schleck. Ils ont pris leurs responsabilités. Ils ont aussi assumé le travail quand, avec mon équipe, on a été en péril. Ils ont collaboré jusqu'au bout même en sachant que ce serait dur de me battre. Ils n'ont pas couru comme beaucoup de coureurs qui ont essayé de me faire perdre." 

Fränk Schleck (LUX/Leopard), 2e: "C'était un peu décevant de voir qu'au Tour des Flandres ou à Paris-Roubaix beaucoup de coureurs ont roulé pour faire perdre Fabian (Cancellara). Philippe (Gilbert) était dans la même situation. On adore Liège-Bastogne-Liège, c'est une grande course, on voulait la gagner et, pour cela, il fallait lui lancer le défi. Mais Philippe était le plus fort. On le voyait très confiant, on ne pouvait pas le lâcher. On n'a aucun regret, absolument, on a essayé, on est fier de notre équipe. Philippe était un peu isolé mais il a couru en champion. Et nous, on ne voulait pas courir pour le faire perdre."

Andy Schleck (LUX/Leopard), 3e: "Gilbert, c'est la classe ! Pour le moment, Philippe est le coureur le plus fort. Il s'est montré impressionnant cette semaine. J'ai essayé d'attaquer au début de Saint-Nicolas. Il a répondu à sa manière dans les derniers 500 mètres. Pour le lâcher, il me faudrait une côte de 4 ou 5 kilomètres !"