Philippe Gilbert (Amstel Gold Race)
Philippe Gilbert, le boss est de retour | JERRY LAMPEN / ANP / AFP

Gilbert, le retour du boss

Publié le , modifié le

Victorieux hier sur l'Amstel Gold Race, Philippe Gilbert a remporté sa première classique depuis pratiquement deux ans. Sur de sa force, le Belge a accéléré une seule fois et distancé tous ses adversaires. A six jours de Liège-Bastogne-Liège, Gilbert est-il redevenu intouchable ?

Il avait déjà fait le coup en 2012 sur les Championnats du monde disputés à Valkenburg. Dimanche, Philippe Gilbert a employé exactement la même stratégie que celle qui lui avait permis de devenir Champion du monde. Ses adversaires le savaient et pourtant ils n"ont rien pu faire. A l'approche du sommet du Cauberg, ultime juge de paix d'une Amstel Gold Race bien terne jusqu'ici, Gilbert s'est positionné à l'intérieur d'un virage pour porter son attaque. Surpuissante, limpide, incontestable. Il y avait du grand Gilbert dans ce coup de rein. Peut-être pas du Gilbert estampillé 2011, celui qui avait écrasé les Ardennaises, mais du bon, du très bon Gilbert. Le coureur de la BMC est toutefois mesuré sur son état de forme, lui qui se jugeait "un peu plus fort il y a trois ans" dans les colonnes de l'Equipe. Gerrans et Valverde se seraient bien satisfaits d'une forme comme celle affichée hier par le désormais triple vainqueur de l'Amstel, à deux longueurs du record de Jan Raas. La supériorité affichée par le Wallon à deux jours de la Flèche Wallonne et à six du dernier monument de ce mois d'avril, Liège-Bastogne-Liège, amène évidemment une question: Phillipe Gilbert peut-il le refaire ?

Un deuxième triplé est-il envisageable ?

Ce succès, Gilbert, l'a attendu, espéré. Puis a commencé à croire qu'il était trop "vieux", peut-être "malade". Après une saison 2012 où le maillot arc-en-ciel n'a fait que cacher la misère et une saison 2013 "sans plaisir" de son propre aveu, Gilbert s'est recentré lors de l'hiver dernier. "Je me suis refermé sur moi-même, explique-t-il dans L'Equipe. J'ai travaillé dur, refusé toutes les sollicitations". Et pourtant, le début de saison du coureur BMC N'était pas parfait. Jusqu'à la Flèche brabançonne mercredi dernier qu'il a remporté en réglant au sprint ses adversaires. La dernière fois que "Phil" avait enchaîné la victoire sur ces deux épreuves, il avait aussi remporté la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège. Le seul avec Rebellin à avoir déjà fait le triplé sur une semaine peut-il devenir l'unique coureur à deux triplés sur les Ardennaises ?

A regarder la course d'hier, on aurait tendance à dire oui tant ses adversaires l'ont regardé de loin. Gerrans et Valverde surtout étaient pourtant annoncés comme des concurrents sérieux. Pour autant, il n'est pas évident que Gilbert s'impose sur le Lur de Huy mercredi et à Liège dimanche, pour plusieurs raisons. Premièrement, Cancellara a prouvé à Roubaix que le plus fort n'est pas toujours la vainqueur du jour. Deuxièmement, le Mur de Huy est à part dans cette semaine. La "chance" de Gilbert est la méforme de Bétancur et la chute de Rodriguez sur l'Amstel ce dimanche. Le Colombien et l'Espagnol faisait presque figure d'épouvantail sur les terrible pourcentages Huy. Il est clair que si Gilbert s'impose mercredi, il arrivera avec une pression monstre au départ de "La Doyenne" dimanche. Le roi Phillipe fera d'ailleurs le déplacement. Pour couronner son champion ?

Christophe Gaudot @ChrisGaudot