Le Belge Philippe Gilbert en action
Le Belge Philippe Gilbert en action | DIRK WAEM / BELGA MAG / BELGA/AFP

Gilbert: "Je pourrai me remémorer ça !"

Publié le , modifié le

Nouveau champion du monde de cyclisme, Philippe Gilbert s'est félicité d'avoir atteint l'un de ses grands objectifs de carrière, dimanche à Valkenburg. "Cette année j'avais en tête les classiques, les JO et le championnat du monde. Ca ne s'est pas bien passé dans les classiques, je n'ai pas été loin de réaliser quelque chose de grand aux Jeux et j'ai finalement atteint un objectif. C'est très satisfaisant", a déclaré le Belge aux médias.

Quelle était la stratégie de l'équipe belge ?
Philippe Gilbert: "On a pris nos responsabilités tout au long de la course. On a loupé la première échappée alors qu'on avait décidé de ne pas laisser partir un groupe de plus de six coureurs, surtout s'il y avait des Italiens ou des Espagnols dedans. Après, dans le groupe de contre-attaque, on avait deux coureurs mais ce n'était pas idéal. Alors, on a de nouveau travaillé. L'équipe a fait un très gros travail, chacun était à son meilleur niveau. Moi, j'étais concentré du début à la fin, j'avais de très bonnes sensations. Le Cauberg ? j'ai fait la montée parfaite, j'ai attaqué au bon moment, à 2,2 kilomètres de l'arrivée, après la partie la plus dure. C'était long ensuite mais c'est passé très vite, tant j'étais concentré dans mon effort. Je pourrai me remémorer ça !"

Avez-vous chassé le souvenir du Championnat du monde 2010 en Australie ?
PG: "A Geelong, j'avais déjà tout fait pour le Mondial, beaucoup de sacrifices. J'étais arrivé dans une forme similaire mais le parcours me convenait un peu moins. J'ai essayé, j'ai été repris à 4 ou 5 kilomètres de l'arrivée je suis passé tout près du titre. J'ai été très déçu. Ce genre de défaite me renforce en quelque sorte. On se transforme à chaque fois qu'on perd, on a plus d'expérience. Je me le suis suis rappelé pendant la course, ça a certainement joué. Je n'avais pas le droit de me louper, je n'aurais pas dix occasions pareilles dans ma vie."

A quel moment avez-vous retrouvé la grande forme cette saison ?
PG: "Au Tour de France ma forme était bonne. J'ai roulé au service de mon équipe durant le Tour et j'ai senti déjà aux JO que la grande forme arrivait. J'ai enchaîné avec la Vuelta et ça s'est très bien passé pour moi. J'ai réussi les deux tests avec un final un peu comme ici, ça m'a donné confiance, ça m'a donné aussi un certain poids pour avoir la confiance de mes équipiers. Je me suis concentré sur le contre-la-montre par équipes, on le perd par erreur, on prend quand même la médaille d'argent."

Voir la video

AFP