Geraint Thomas: "J'ai pensé que c'était perdu"

Publié le , modifié le

Vainqueur de Paris-Nice par l'étroite marge de 4 secondes, Geraint Thomas (Sky) a reconnu avoir cru la situation perdue après l'attaque de son rival espagnol, Alberto Contador (Tinkoff) dans le col d'Eze, dernière ascension de l'ultime étape de la "course au soleil". Le Britannique, vainqueur en février du Tour de l'Algarve, s'est projeté aussi sur la suite, après la plus grande victoire de sa carrière sur route: "Je dois apprendre à être un leader."

Comment avez-vous jaugé l'offensive lancée par Contador ?

Geraint Thomas : "Quand Contador a attaqué la première fois, on n'a pas paniqué, on était plusieurs de l'équipe et j'avais entière confiance en eux. Ils ont fait un travail formidable. Après, cela a été plus difficile dans le col d'Eze, j'ai même pensé que c'était perdu. J'ai eu peur que les jambes explosent. Heureusement, il y avait Sergio Henao qui a roulé à bloc. C'étaient les kilomètres les plus durs de ma carrière. A l'arrivée, je n'étais pas sûr à cent pour cent de gagner. C'était très tendu."

Etes-vous le futur leader de l'équipe Sky, le successeur de Chris Froome ?

G. T. : "Je rêverais d'être dans cette position mais il faut y aller doucement. Cette année, je me concentre sur les courses d'une semaine. Etre à côté d'un coureur comme Froome, c'est parfait pour apprendre. Ce sera peut-être différent dans deux ou trois ans mais on n'en est pas là. Il n'y a pas de conflit. Chris est un coureur incroyable, il est la référence. Je travaillerai pour lui tout au long du Tour, peut-être un peu moins en première semaine que l'an dernier et, pourquoi pas, viser une place dans les dix premiers. Je suis très heureux d'être chez Sky. Je dois apprendre à être un leader."

Quels sont vos prochains rendez-vous ?

G. T. : "Je vais courir le Tour de Catalogne et puis ce sera le Tour des Flandres. Une grande classique pour laquelle il faut être très motivé, savoir se battre. C'est une course que j'adore. Je sais que ce sera difficile contre des coureurs tels que Cancellara et Stybar."

AFP