Pierre Rolland (Europcar)
Pierre Rolland (Europcar) a abandonné lors de la 8e et dernière étape du Dauphiné. | PASCAL POCHARD-CASBIANCA / AFP

Europcar suspendue du MPCC

Publié le , modifié le

Le Mouvement pour un cyclisme crédible (MPCC) a annoncé jeudi la suspension provisoire de son mouvement de l'équipe Europcar pour "non respect du règlement interne", pour avoir aligné Pierre Rolland dans la dernière étape du Critérium du Dauphiné malgré son taux trop bas de cortisolémie.

"L'équipe n'aurait pas dû autoriser le départ du coureur eu égard au  résultat de l'analyse", a estimé le conseil d'administration du MPCC qui a  donné raison aux médecins experts, Armand Mégret et Martine Duclos, contre la  formation française de Jean-René Bernaudeau et son médecin Hubert Long. Le mouvement présidé par Roger Legeay souligne que les  prélèvements effectués s'inscrivent dans le cadre d'une politique de santé et  ne sont pas des contrôles antidopage. "Mon taux (de cortisol) n'était pas effondré mais juste bas, avait de son côté expliqué Pierre Rolland. Cela ne nécessitait pas forcément un arrêt immédiat, mais des examens  supplémentaires réalisés ultérieurement pour vérifier que cela n'est pas un  problème pathologique".

Le conseil d'administration du MPCC, mouvement qui regroupe depuis 2007 les  équipes en pointe dans la lutte antidopage, a expliqué avoir pris cette décision à  l'unanimité sur la base des explications écrites de Jean-René Bernaudeau et du  Dr Long, du Dr Gérard Guillaume, représentant les médecins des équipes du MPCC,  et du compte-rendu du Dr Mégret.

Europcar est donc suspendue à titre conservatoire, dans l'attente de  l'assemblée générale du MPCC, et ni Bernaudeau ni le Dr Long ne peuvent plus siéger à son conseil d'administration. La décision est toutefois sans conséquences par rapport à la réglementation internationale, le MPCC ayant placé ses références au-delà du code mondial  antidopage.

Christian Grégoire