portrait interview Samuel Dumoulin (Cofidis) TDF 2011
Samuel Dumoulin (Cofidis) | DR

Dumoulin ambitieux pour cet été

Publié le , modifié le

Samuel Dumoulin, le sprinteur de poche (1,59 m pour 57 kg) de la formation Cofidis, affiche clairement ses ambitions pour cette saison 2012 où il s'est déjà adjugé le Grand Prix d'ouverture La Marseillaise. S'il espère renouer avec la victoire sur la Grande Boucle (comme en 2008), le natif de Vénissieux fait surtout des championnats de France et des JO de Londres l'objectif majeur de son année sportive.

Samuel, visez-vous quelques courses précises dans le calendrier 202 ?

"Je ne cible pas certaines courses en particulier mais c'est sûr qu'il y en aura quelques-unes où j'aurais plus d'ambition. A savoir Paris-Nice, le Tour de Catalogne, le Dauphiné, le championnat de France, le Tour de France. Je rêve aussi de participer aux Jeux Olympiques. L'année dernière, j'ai pu participer aux deux courses avec l'équipe de France, la préolympique à Londres où j'ai pu goûter aux saveurs de cette ambiance. J'aimerais bien en faire partie. Après, il y a encore le Mondial en fin de saison. Donc voilà, ce sera des victoires d'étapes sur toutes ces grandes courses, et essayer de toujours donner une bonne dynamique à l'équipe".

L'an dernier, vous aviez réalisé un bon début de saison mais vous étiez un peu en dedans lors du Tour de France. Avez-vous changé quelque chose à votre préparation cet hiver ?

"Non, j'ai essayé de garder un peu la même préparation car ça me réussi bien en début de saison où j'ai toujours de bons résultats. L'année dernière on avait un peu aménagé différemment mon approche du Tour de France. C'est sûr qu'on ne m'a pas trop vu sur le Tour, que je n'ai pas eu de bons résultats, mais j'étais quand même prêt physiquement parce que j'avais fait deuxième d'une étape du Dauphiné. Je n'étais vraiment pas passé loin de la victoire. Ensuite, au Tour de France, j'ai été handicapé par deux chutes en première semaine. Si on fait le bilan, il n'y a pas beaucoup de coureurs qui ont pu tirer leur épingle du jeu parce que c'était très cadenassé par les équipes de sprinteurs qui ont monopolisé les arrivées au sprint. Le niveau est très élevé dans ce domaine et je sais que j'ai un peu de mal dans ces longues arrivées plates avec des coureurs très puissants. Mais bon, après je sors du Tour et je gagne Paris-Corrèze donc ma condition était bonne. Après, il m'a manqué de la confiance avec ces petites chutes qui m'ont handicapées. Il y avait aussi une équipe qui était axée sur Rein (Taaramae) et sur les victoires d'étapes. J'ai eu du mal à m'en sortir mais j'étais quand même en bonne condition".

L'objectif principal de l'équipe Cofidis reste de remonter en World-Tour. Est-ce une pression supplémentaire ?

"C'est une ambition. On a toujours de la pression. On veut gagner des courses, on veut toujours bien faire. Après, il faut se focaliser là-dessus, être les meilleurs possibles. Les résultats compteront pour remonter en World Tour, mais il y a d'autres aspects qui compteront au niveau du budget, du recrutement. A nous d'essayer d'atteindre nos objectifs, je pense que ça viendra naturellement".

Vous pouvez remporter le championnat de France cette année…

"Oui, effectivement. Laurent Jalabert, le sélectionneur de l'équipe de France, a voulu un parcours un peu plus plat pour l'aider pour la sélection aux Jeux Olympiques de Londres. C'est bien, ça change des dernières années où les mêmes coureurs étaient toujours à l'avant. C'est sûr que ce sont les meilleurs coureurs français mais on verra peut-être du changement cette fois. Ce sera sympa et une course un petit peu différente. Il y aura plus de possibilités mais il y a de bons sprinteurs en France. Après, il faudra regarder le circuit dans le détail parce que ça paraît toujours assez facile sur le papier mais pas forcément dans la réalité. Les choses peuvent se corser. Cofidis courre après ce titre depuis quelques années. L'an dernier, ça s'est déroulé dans le Nord et on a encore une deuxième chance donc à nous de la saisir et d'être les meilleurs ce jour-là".

Grégory Jouin @GregoryJouin