Eufemiano Fuentes Puerto procès 012013
Eufemiano Fuentes lors du procès de l'affaire Puerto | AFP

Dopage : Fuentes implique "toute sorte de sportifs"

Publié le , modifié le

Au procès de l'Affaire Puerto qui a débuté à Madrid, Eufemiano Fuentes, le médecin qui serait au cœur du réseau de dopage sanguin, a déclaré, mardi, que sa clientèle ne comptait pas que des cyclistes.

C'était le témoignage le plus attendu de ce procès de l'affaire de dopage sanguin, baptisé Opération Puerto, qui s'est ouvert lundi à Madrid. Mardi, Eufemiano Fuentes, le médecin soupçonné d'être au cœur du réseau, était appelé à la barre. L'ancien docteur de la Kelme et de la Once, ainsi que quatre autres personnes dont sa sœur, sont accusés de violation des règlementations sur la santé publique. Ils risquent jusqu'à deux ans de prison.

Et Fuentes n'a pas traîné à livrer sa vérité, lui qui se dit innocent car il considère avoir agi de façon transparente, à une époque où le dopage n'était pas un délit en Espagne. Il débute son audition en expliquant n'avoir pas traité que des cyclistes, même si ceux-ci étaient bien majoritaires lors de son arrestation en 2006. "Cela pouvait être toute sorte de sportifs", a-t-il déclaré. Il a également reconnu avoir travaillé avec la fédération espagnole d'athlétisme. "

Il développe ensuite ses pratiques : l'auto-transfusion qui consistait à stocker des poches de sang au congélateur et à les réadministrer au sportif. Fuentes était aidé du Docteur ​Merino Batres, ancien directeur de la banque du sang de Madrid. S'il a confirmé avoir fait des transfusions à d'autres sportifs que des cyclistes, il n'a en revanche pas voulu donner de nom. "Je n'étais pas leur entraîneur. J'utilisais juste les moyens médicaux et thérapeutiques pour les aider et les assister", explique le médecin. "Chaque fois que nous recevions un sportif dans notre lieu de consultation, nous lui faisions un contrôle sanguin, pour savoir s'il avait un hématocrite  élevé. Si c'était le cas, nous procédions à une extraction de sang parce  qu'avoir un hématocrite élevé est dangereux", s'est-il justifié.

Tyler Hamilton va témoigner

Co-accusé sur le banc, Manolo Saiz, ancien responsable d'équipes espagnoles, a reçu le soutien tacite de Fuentes qui n'a pas manqué d'épargner les directeurs sportifs en indiquant qu'il ne savait pas si ces derniers étaient au courant de ses pratiques.

Par ailleurs, la juge Julia Santamaria a autorisé Tyler Hamilton à venir témoigner, à la demande de l'Agence mondiale antidopage, partie prenante dans le procès. L'AMA a également été informée que des poches de sang appartenaient à des athlètes d'autres disciplines. La juge a également décidé de donner "un délai de 3 jours" aux parties  civiles (AMA, Conseil Supérieur des Sports et avocat de l'Etat) qui voulaient obtenir les poches de sang saisies en 2006 dans deux appartements madrilènes du docteur Eufemiano Fuentes. Elles devront en faire la demande par écrit. En revanche, le Comité olympique italien a été débouté de sa demande d'analyse de l'ordinateur personnel du Docteur Fuentes car il s'agit "d'une atteinte à l'intimité".

L'affaire a débuté à l'été 2006 après le démantèlement du réseau, la saisie de matériel de transfusion et de poches de sang ainsi que de stéroïdes. A la veille du départ du Tour de France, des stars comme Jan Ullrich ou encore Ivan Basso avaient été exclus de la course.

Le procès doit durer jusqu'à la mi-mars.

Vidéo : l'arrivée au tribunal des protagonistes du procès

Voir la video