Lance Armstrong
Lance Armstrong rattrapé par son système et ses procédés douteux | AFP - TIZIANA FABI

Dopage : Armstrong "protégé en France"

Publié le , modifié le

Pas un jour ne passe sans une nouvelle vague. Depuis la décision vendredi de l'Usada de radier à vie Lance Armstrong, les révélations compromettantes vont bon train autour du Texan. C'est dans le Journal du Dimanche que l'avocat français Thibault de Montbrial confie qu'une perquisition avait été empêchée sur le Tour de France 2005 dans l'hôtel de l'US Postal.

"Tout le monde a fermé les yeux". La déclaration provient de Thibault de Montbrial, ancien avocat durant l'affaire Festina, et qui s'est exprimé sur le "cas" Lance Armstrong dans les colonnes du Journal du dimanche. Selon lui, le coureur américain aurait été "protégé" lors du Tour de France 2005, la dernière de ses sept victoires. Une perquisition aurait ainsi été annulée in extremis à l'hôtel du coureur texan. "Je sais que lors du Tour de France de 2005, à la deuxième étape de repos, à Pau (Pyrénées françaises), l'équipe US Postal de Lance Armstrong a été à deux doigts d'écoper d'une perquisition à son hôtel" défend l'avocat. En filigrane, il faut comprendre que la perquisition, en quête de produits dopants en tout genre, aurait pu compromettre le leader de l'US Postal.

Visiblement bien informé sur le déroulement de l'opération, Me de Montbrail soutient que celle-ci aurait capotée à la dernière minute.  "Un service d'enquête français est venu de Paris pour opérer une descente. Mais je sais de très bonne source que vers 17 heures, alors qu'ils étaient devant l'hôtel, les enquêteurs ont reçu un feu rouge". Pour autant, l'identité du responsable de cette annulation reste mystérieuse : "Je ne sais pas qui a donné cet ordre... Mais je sais que les enquêteurs  étaient furieux de devoir rebrousser chemin." Et de conclure : "A l'évidence, Lance Armstrong  était bel et bien protégé en France". Et à l'évidence aussi, le feuilleton autour de sa radiation à vie du cyclisme n'a pas fini de faire parler.