Lance armstrong portrait 2012
Lance Armstrong | AFP-Bouys

Deux actions judiciaires en plus contre Lance Armstrong

Publié le , modifié le

L'addition se corse, et Lance Armstrong est assailli de toute part. Deux nouvelles actions en justice ont été entamées aux Etats-Unis contre l'ancien coureur déchu pour dopage, allongeant la liste de ses ennuis judiciaires. Une société d'assurance intente ainsi un procès après lui avoir versé, trois années, des primes de victoire dans le Tour. Et une plainte en nom collectif a également été deposée pour publicité mensongère quand il faisait la promotion de suppléments nutritionnels.

La société d'assurances Acceptance Insurance Company a intenté un procès  pour fraude contre Armstrong au motif qu'il a caché ses pratiques dopantes pour  gagner le Tour de France en 1999, 2000 et 2001, années pendant lesquelles la  société basée dans le Nebraska a versé des primes de victoire au Texan. Selon les documents de justice déposés dans le comté de Travis (Texas), où  se situe Austin, elle réclame le remboursement de 3 millions de dollars à  Armstrong et Tailwind, la société propriétaire de l'équipe cycliste pour  laquelle il a couru les sept Tours de France (1999-2005) rayés de son palmarès.  "Par voie de tricherie et tromperie, Armstrong  a commis une fraude. Ce  procès cherche à obtenir le remboursement de trois millions de dollars de  gratifications imméritées que Lance Armstrong  a obtenus en fraudant", indiquent  les documents. AIC vise aussi Tailwind, la société propriétaire de l'équipe cycliste pour  laquelle il a couru les sept Tours de France (1999-2005) rayés de son palmarès.

L'Américain est également visé par une plainte en nom collectif déposée  devant un tribunal fédéral de Los Angeles contre FRS, une société de  suppléments nutritionnels qui a employé Armstrong comme ambassadeur. Cette plainte estime que FRS et Armstrong ont eu recours à de la publicité  mensongère quand ils ont assuré aux consommateurs que ces produits nutritionnels étaient "l'arme secrète" de l'ex-cycliste.

Ces deux dossiers s'ajoutent bien évidemment aux autres. Et notamment à celle du ministère américain de la Justice (DOJ) a récemment décidé de se joindre  à la plainte pour fraude déposée contre Armstrong  par son ex-coéquipier Floyd  Landis, sur la base de la loi américaine contre les fausses déclarations. S'il est reconnu coupable d'avoir trompé le gouvernement en utilisant de  l'argent public, via le sponsoring de son équipe par US Postal Services, pour  financer notamment un programme de dopage, Armstrong  pourrait devoir débourser  jusqu'à 90 millions de dollars, soit une très grosse partie de sa fortune. "Ce procès est destiné à aider l'USPS à récupérer les dizaines de millions  de dollars versées pendant des années de promesses non tenues", assure le DOJ à  propos de la plainte au civil déposée devant un tribunal fédéral à Washington,  qui vise aussi Tailwind et le directeur sportif belge Johan Bruyneel.

L'Américain est aussi poursuivi aux Etats-Unis par l'assureur SCA  Promotions, qui lui réclame le remboursement de 12 millions de dollars versés  après un litige commercial en 2005, et en Grande-Bretagne par l'hebdomadaire  The Sunday Times, qui exige 1,2 million d'euros pour compenser un accord  financier conclu en 2006 à la suite d'une plainte en diffamation d'Armstrong. Le Texan a pour l'instant réussi à éviter toutes formes de poursuites  pénales mais il serait toutefois l'objet d'une enquête fédérale américaine pour  "obstruction à la justice, subornation de témoins et intimidation".

AFP