paris-roubaix pub environnement 042011
paris-roubaix pub environnement 042011 | DR

Des pavés plus verts...

Publié le , modifié le

Un événement comme Paris-Roubaix attire les foules et génère énormément de soucis pour la préservation de la nature. Depuis quelques années maintenant, les collectivités ont un peu plus pris conscience des "dommages collatéraux" d'une telle manifestation. Dimanche, pour cette 109e édition de la Reine des classiques, de nombreuses opérations contribuant à préserver l'environnement ont été mises en place.

Par l'intermédiaire de "médiateurs", la Région Nord-Pas de Calais va mettre à disposition des spectateurs, des sacs poubelles. Des bennes seront ainsi positionnées sur le secteur-clé du carrefour de l’Arbre. Selon les estimations de la Région, plus de 80 m3 de déchets devraient être récupérés et acheminés directement vers un centre de traitement. Tout au long du tracé long de 259 kilomètres, ce Paris-Roubaix sera placé sous le signe de l'Eco-citoyenneté.

Si 200 coureurs prendront le départ de "l'Enfer du Nord", plusieurs dizaines de milliers de spectateurs seront attendus. Cette volonté de donner un visage "éco-responsable" à cette course vient sûrement des déboires occasionnés lors de précédentes éditions. En 2009, le maire de la commune de Camphin-en-Pévèle avait porté plainte contre l'organisation, quelques jours après le passage de Paris-Roubaix. M. Michel Dufermont avait ainsi dû faire face à de nombreux dégâts sur sa commune.

Le fameux "Carrefour de l'Arbre" situé dans sa commune, fait en effet partie des derniers secteurs pavés du parcours, à une douzaine de kilomètres de l'arrivée. On y avait coutume de voir s'installer des buvettes sauvages, voire même des discothèques ambulantes, sans pour autant voir une véritable organisation pour la récupération des montagnes de déchets. L'an passé, ce type d'abus avait été fortement diminué grâce à une plus grande présence des forces de l'ordre sur le terrain. Cette année encore, l'opération devrait être reconduite, avec on l'espère, des spectateurs plus sensibilisés au respect de l'environnement, et le spectacle n'en sera pas dénaturé.

Romain Bonte