John Degenkolb (Giant-Shimano)
John Degenkolb (Giant-Shimano) | AFP YUZURU SUNADA / BELGA MAG / BELGA

Degenkolb s'offre Kristoff et Sagan à Milan-San Remo

Publié le , modifié le

L'Allemand John Degenkolb (Team Giant) a remporté au sprint Milan-San Remo devant Alexander Kristoff (Katusha), Michael Matthews (Orica GreenEdge) et Peter Sagan (Tinkoff) au terme d'une course qui n'a pas réservé beaucoup de surprises. Nacer Bouhanni et Tony Gallopin se hissent au 6e et 9e places.

Comme si souvent ces dernières années, Milan-San Remo s'est joué au sprint sur la Via Roma. Le Poggio, jadis juge de paix légendaire, n'a pas joué un rôle sélectif, et tout s'est donc réglé entre spécialistes de la dernière ligne droite. Avant d'en arriver là, certains avaient tout de même essayé de secouer le cocotier mais ni Thomas et Oss, partis à 17 kilomètres, ni Van Avermaert, en contre, ne parvenaient à éviter l'inéluctable sprint auquel Gilbert et Ciolek, victimes d'une chute, n'étaient pas conviés.

A la flamme rouge, Kristoff, fort de ses récents succès, lançait les hostilités mais le Norvégien avait clairement présumé de ses forces et manquait la double accélération à quelques dizaines de mètres de la ligne d'arrivée. Plus opportuniste, John Degenkolb avait choisi la bonne roue et déboîtait le coureur du Team Shimano de manière imparable. Belle revanche pour l'Allemand qui avait chuté dans la "Classicima" l'an passé...

"J'avais connu l'an dernier la plus grande déception de ma carrière", a  reconnu Degenkolb, très ému, au bord des larmes à l'arrivée sur la Via Roma.  "Aujourd'hui, c'est la plus belle victoire. C'était très tactique. Il fallait se battre pour garder la position et  avoir le bon timing. Kristoff était vraiment fort mais il est parti de loin", a  expliqué le vainqueur, qui a signé la septième victoire allemande dans la  Primavera (4 succès pour Zabel, 1 pour Altig, 1 pour Ciolek). "La Via Roma est un endroit particulier, historique. J'ajoute mon nom à une  grande liste", a souligné Degenkolb.

Le classement : 

    1. John Degenkolb (GER/Giant), les 293 km en 6 h 46:16.
    2. Alexander Kristoff (NOR/KAT) m.t.
    3. Michael Matthews (AUS/ORI) m.t.
    4. Peter Sagan (SVK/TIN) m.t.
    6. Nacer Bouhanni (FRA/COF) m.t.
    7. Fabian Cancellara (SUI/TRE) m.t.
    8. Davide Cimolai (ITA/LAM) m.t.
    9. Tony Gallopin (FRA/LOT) m.t.
    10. Edvald Boasson Hagen (NOR/MTN) m.t.

Déclarations :

Fabian Cancellara (SUI/Trek),  7e: "Devant moi, il y a six sprinteurs de classe mondiale. Je suis le premier  des autres en quelque sorte. Dans le sprint, je n'ai pas eu le bon instinct.  J'étais au bon endroit aux 500 mètres mais les coureurs sont venus du côté  gauche et je me suis retrouvé un peu enfermé sur la partie droite de la  chaussée. J'ai commis une erreur et je suis déçu parce que j'avais de bonnes  jambes. Cette course est toujours la plus tactique de l'année. Il y a des  milliers de possibilités et j'ai peut-être attendu trop longtemps dans le  sprint. Mais j'ai eu aussi la chance d'éviter la chute quand Philippe Gilbert  est tombé juste devant moi. Il faut réunir la chance et la tactique pour  réussir."  

Philippe Gilbert (BEL/BMC), 55e: "Je suis désolé pour la chute et pour les  coureurs qui se sont retrouvés par terre avec moi. Le sport peut être cruel.  J'étais derrière Boasson Hagen, il a pris un virage un peu large et j'ai été  obligé de suivre. Quand j'ai freiné, ma roue est partie. Je me suis retrouvé  par terre et pas mal de coureurs me sont tombés dessus."

Julien Lamotte