John Dekenkolb
John Dekenkolb remporte sa 3e étape du Tour d'Espagne | JOSE JORDAN / AFP

Degenkolb remet ça

Publié le , modifié le

Pour la troisième fois depuis le début de cette Vuelta, c'est John Dekenkolb (Argos-Shimano) qui s'est imposé au sprint au nez et à la barbe de Viviani. Le maillot rouge de leader reste sur les épaules de Joachim Rodriguez.

Sky a tout essayé, mais rien n'y a fait. Après s'être démené en tête de peloton pour reprendre les trois échappés du jour, Froome et consort ont finalement dû s'incliner devant l'homme en forme de cette Vuelta, l'Allemand John Degenkolb. Dans cette 7e étape longue de 164,2 km entre Huesca et Alcaniz, c'est lui qui a su tirer son épingle du jeu en s'adjugeant au sprint sa 3e étape dans ce tour d'Espagne après avoir remporté la 2e et la 5e.

Chute à 10km de l'arrivée

Outre le triplé de Dehenkolb, le fait du jour est incontestablement le passage du Colombien Rigoberto Uran de la 4e à la 12e place au classement général, en raison d'une chute qui aura piégé quelques coureurs à dix kilomètres de l'arrivée. Pour le reste, le trio de tête est inchangé. "Purito" Rodriguez (Katusha) est toujours leader, talonné par le Britannique Froome (Sky) à dix secondes et l'Espagnol Alberto Contador à 36 secondes.

42km/h de moyenne 

Avant le sprint massif en fin de course, une échappée de quatre coureurs avait animé cette étape de plat : Armendia (Caja Rural), Lechuga (Andalucia), Rabon (Omega-Pharma) et Lindeman (Vacansoleil) ont ainsi fait bloc dès le 3e kilomètre. Mais le pelonton roulait à trop vive allure (42 km/h de moyenne) et l'échappée n'a pas pu résister. A 15 kilomètres de la ligne d'arrivée, elle se faisait avaler par le peloton.

Les lignes devraient bouger davantage avec la prochaine étape, un parcours montagneux entre Lleida et le col de la Gallina en Andorre (174,7 km). Un terrain qui pourrait s'avérer propice à une explication entre les favoris. 

Victor Patenôtre