Les coureurs lors des Mondiaux de cyclisme 2017
Les coureurs lors des Mondiaux de cyclisme 2017 | AFP

Cyclisme : La France candidate pour l'organisation des Mondiaux 2023

Publié le , modifié le

En marge du Championnat de France de cyclisme sur route à Mantes-la-Jolie, la Fédération française de cyclisme (FFC) a annoncé que la France allait être candidate à l'organisation des Championnats du monde 2023, qui devraient regrouper toutes les disciplines (route, piste, BMX, VTT).

"La Fédération française de cyclisme se met ouvertement sur les rangs et travaille d'ores et déjà activement pour exprimer une candidature recevable par l'UCI sur cette échéance de 2023, et de regrouper ces Mondiaux en France", a annoncé Michel Callot, le président de la FFC.

Les derniers Mondiaux sur route organisés en France remontent à 2000

Pour rappel, les derniers Mondiaux sur route organisés en France remontent à 2000 à Plouay (Morbihan), alors que la piste a accueilli l'événement mondial pour la dernière fois en 2015 à Saint-Quentin-en-Yvelines.  Pour la première fois, et suivant la volonté de l'Union cycliste internationale (UCI), tous les Championnats du monde (élite, espoirs, ...) devraient être regroupés en une même région en 2023.

Dans le cadre des JO-2024, Saint-Quentin-en-Yvelines doit accueillir les épreuves de piste au Vélodrome national, ainsi que le BMX, alors que le VTT doit se dérouler sur la colline d'Élancourt (Yvelines). Les épreuves sur route doivent arriver sur les Champs-Élysées.

La France, terre d'accueil de grands événements sportifs

Toutefois, tous les sites des JO-2024 ne seront pas proposés à la candidature pour les Mondiaux-2023, même si le vélodrome représente un "point de passage obligatoire et quasi incontournable", selon le président Callot.  La France se prépare dans les six prochaines années à accueillir de grands événements sportifs : Coupe du monde féminine de foot en 2019, Championnats d'Europe d'athlétisme en 2020, Championnats du monde de ski alpin et Coupe du monde de rugby en 2023 et JO-2024.

Avec AFP. 

Alexis Ibohn AlexisIbohn