Thibaut Pinot
Thibaut Pinot | AFP

Cyclisme : 2018, année bleue

Publié le , modifié le

La saison cycliste 2018 touche à sa fin. Du Tour de France aux classiques en passant par les Mondiaux, retour sur les Français qui ont marqué cette année.

Thibaut Pinot

"Ça ressemblait à du Hinault." Le directeur sportif de l’équipe Groupama-FDJ Marc Madiot n’y est pas allé par quatre chemins au moment d’évoquer la victoire de son protégé Thibaut Pinot  sur le Tour de Lombardie samedi, dernier "Monument" de la saison. "Il n’a pas fait que gagner la Lombardie, il a écrasé la course. Il a démontré qu’il était capable de gagner comme un grand, voire comme un très grand", a confié Madiot sur le plateau de RMC Sport.

En écœurant tour à tour Egan Bernal, Primoz Roglic puis Vincenzo Nibali dans les pentes du Civiglio, Thibaut Pinot a sorti un grand numéro pour aller chercher le Graal et s'offrir l'une des plus belles victoires de sa carrière. Un succès comme cerise sur le gâteau d’une fin de saison exceptionnelle après un printemps difficile où une pneumopathie l’avait privé d’un potentiel podium sur le Giro (3e au général, il abandonne la veille de l’arrivée, ndlr) puis l'avait obligé à renoncer au Tour de France. Un coup d'arrêt qui lui aura permis de passer un "cap psychologique" selon Marc Madiot et qui fait de cette saison 2018 la plus belle de la carrière de Pinot. Cinq victoires au total : le Tour des Alpes, deux étapes de la Vuelta, Milan-Turin et donc le Tour de Lombardie. Sans oublier une deuxième place sur les Trois Vallées Varésines et un top 10 sur le Tour d’Espagne (6e) et aux Mondiaux (9e). 

Cyclisme : 2018, année bleue
© AFP

Romain Bardet

Romain Bardet a lui connu une saison contrastée. Ses rêves de maillot jaune, objectif annoncé du coureur et de son équipe AG2R, se sont vite envolés. Entre incidents mécaniques et défaillances, le Français a connu un Tour de France compliqué et termine finalement 6e, à plus de six minutes du vainqueur Geraint Thomas. S'il n’aura levé qu’une seule fois les bras, sur la Classique de l’Ardèche en février, cette saison 2018 aura néanmoins permis au coureur de 27 ans de prouver qu’il était capable de briller sur les courses d’un jour.

En terminant derrière Bob Jungels et Michael Woods sur Liège-Bastogne-Liège, Romain Bardet s'est offert le premier podium de sa carrière sur un "Monument" et quelques places d’honneur en terminant deuxième sur les Strade Bianche et le Tour du Finistère, et s'offrant un premier top 10 sur la Flèche Wallonne (9e). Une saison conclue par une médaille d'argent aux Mondiaux d’Innsbruck, la meilleure performance pour un coureur français depuis le titre de Laurent Brochard en 1997.

Cyclisme : 2018, année bleue
© AFP

Julian Alaphilippe

2018, l'année de Julian Alaphilippe. Si ses jambes l'ont finalement lâché lors des Mondiaux (il termine 8e alors qu’il était l'un des grands favoris), le coureur de la Quick-Step peut savourer cette fin d’année avec le sentiment du devoir plus qu’accompli. A 26 ans, le coureur de la Quick-Step a réalisé la plus belle saison de sa jeune carrière, levant les bras pas moins de 12 fois. De la Flèche Wallonne à la Clasica San Sebastian, en passant par le Tour de Grande-Bretagne et le Tour de Slovaquie, le Français a brillé partout et n'a pas oublié de s'illustrer sur les routes de l'Hexagone. Une étape conquise sur le Critérium du Dauphiné avant l'explosion sur le Tour de France avec deux victoires d'étapes et un maillot à pois ramené jusqu'aux Champs-Elysées. Une année pleine pour le tricolore.

Cyclisme : 2018, année bleue
© AFP

Mentions honorables

Des performances qui permettent à la France de terminer la saison à la deuxième place du classement mondial, derrière la Belgique mais devant l’Espagne. Julian Alaphilippe (6e), Romain Bardet (10e) et Thibaut (13e) clôturent eux leur année dans le top 20 mondial, tout comme Arnaud Démare (19e). Le sprinteur de l'équipe Groupama-FDJ totalise 9 victoires (dont une étape sur le Tour de France) et 9 podiums (don une troisième place sur Milan-San Remo) cette saison et pourrait bien améliorer son total cette semaine au tour de Guangxi, dernière épreuve de la saison inscrite au calendrier World-Tour.

A 22 ans, Valentin Madouas s'est lui aussi illustré cette saison. 7e du GP La Marseillais, 2e de Paris Camembert, 8e de la Bretagne Classic, 6e du GP D'isbergues... avant un premier bouquet chez les pros début octobre sur Paris-Bourges, devançant au sprint Bryan Coquard et Christophe Laporte. De belles promesses qui permettent à des historiques de partir l'esprit tranquille. C'est notamment le cas de Sylvain Chavanel. Ancien maillot jaune et recordman de participations sur le Tour de France (18), "Mimosa" a choisi de tirer sa révérence à 39 ans, tout comme Jérémy Roy (35 ans), fidèle compagnon de Thibaut Pinot à la FDJ.

Mathieu Aellen