Sylvain André BMX
Sylvain André, champion du monde de BMX 2018 | Bettini Luca / BettiniPhoto / DPPI

Coronavirus : entre musculation et vie de famille, le champion du monde de BMX Sylvain André raconte son confinement

Publié le , modifié le

Alors que la France entière est à l'arrêt depuis une semaine, le confinement total n'épargne pas les sportifs de haut niveau. Mais comment garder la forme sans sortir de chez soi ? Sylvain André, sacré champion du monde de BMX en 2018, se prépare pour les Jeux Olympiques de Tokyo depuis plusieurs mois. Dans l'incertitude quant au maintien de l'événement, le Français nous raconte sa première semaine de confinement plutôt rassurante.

Décontracté, Sylvain André profite du soleil qui réchauffe le sud de la France. Confiné chez lui dans le Vaucluse, il profite de sa famille. Voilà plus de 10 ans que le Français pratique le BMX, discipline où il a été sacré champion du monde en 2018. Un sport bien évidemment impossible à faire à la maison. Alors comment poursuivre les entraînements ? Pour le moment, rien est encore organisé : "Heureusement, chez moi j'ai du matériel de musculation. Pendant encore au moins une semaine je vais m'entraîner de cette manière. Pour l'instant je vais essayer de maintenir les bases avant d'en savoir plus et de savoir où l'on va pour des entraînements plus structurés" nous explique-t-il. En effet, pour un sportif de haut niveau, le plus compliqué est de ne pas avoir de date limite. Etre confiné deux semaines ? Un mois ? Deux mois ? L'approche en sera complètement différente. 

"Quoi qu'il arrive, on sera prêt pour Tokyo"

Le spécialiste de BMX fait donc pour l'instant avec les moyens du bord : "Je n'ai pas de salle mais j'ai de quoi faire de la musculation dans mon garage. En terme de vélo, je peux à la rigueur sortir dans la rue devant chez moi, faire quelques sprints sur du plat et varier les exercices." Le but étant de garder sa forme physique et de ne pas perdre la dynamique. Un objectif évidemment compliqué lorsque l'on se retrouve confiné pendant plusieurs semaines. Sylvain André préfère attendre de voir si le confinement est prolongé pour installer un vrai programme de travail à domicile et entamer une préparation pour Tokyo.

Le plus dur dans tout ça ? L'attente. Le fait de ne pas connaître le dénouement de l'histoire, de ne pas savoir si les Jeux Olympiques de Tokyo seront reportés ou maintenus. Alors que l'équipe de France de BMX n'est pas encore officiellement qualifiée mais bien partie pour, le Tricolore reste confiant quant à la préparation de l’événement : "Si le confinement ne dure pas six semaines, je pense qu'on sera prêt à temps si les JO sont maintenus. S'ils sont décalés, ça laissera encore plus de temps. Quoi qu'il arrive, on sera prêt. En plus de ça, financièrement la situation n'est pas un problème. Je fais partie du programme 'l'armée des champions' et on reçoit notre solde quelles que soient les circonstances." Confiant et patient, Sylvain André semble gérer la situation. En espérant qu'elle ne tarde pas à s'arranger...

Canapé ou musculation ?

L'athlète prend donc le confinement avec bonne humeur et il n'hésite pas à prendre un ton humoristique : "Après, ça ne fait qu'une semaine, ça va commencer à faire long. On est à la maison. Forcément on voit un gâteau, on a envie de le prendre, on a envie de tout manger. Heureusement que j'ai l'objectif des JO parce que sinon je pense que ça ferait longtemps que je serais sur le canapé en train de boire des bières et manger des chips toute la journée."

Alors comment Sylvain André fait-il pour choisir la musculation plutôt que le canapé ? Etant dans un sport individuel, le spécialiste de BMX a l'habitude de s'entraîner seul : "Que je m'entraîne seul dans mon garage ou que je sois dans une salle de musculation, ça ne change pas grand chose. Il faut surtout avoir son objectif en tête et attendre que la situation s'améliore. Je reste sur des exercices basiques pour garder la forme."

à voir aussi Arnaud Démare : "Je me suis préparé trois mois et demi pour cinq jours de course" Arnaud Démare : "Je me suis préparé trois mois et demi pour cinq jours de course"

Un mal pour un bien

Pour les plus dynamiques et sociables d'entres nous, ce confinement est parfois perçu comme un enfermement, une prison. Pour Sylvain André, cette situation nouvelle n'a pas qu'un côté négatif : "Moi ça va, je le vis bien. J'ai de la chance d'être dans une maison avec un jardin dans le sud de la France. J'ai une petite de dix mois donc mes journées sont très occupées. Ce confinement a même un côté récupérateur où je peux aussi profiter de ma famille. Ce sera plus compliqué si la situation dure plus d'un mois."

Au niveau de la forme physique, le Français n'a pour l'instant rien perdu : "Pour l'instant je suis au même niveau. Entre les petits entraînements et le repos, ça permet de bien récupérer. Et puis il n'y a plus les activités de la vie quotidienne comme aller à la crèche. Finalement, on reste chez nous, le secret est de bien gérer son temps." Pour l'athlète, ce confinement est à double tranchant. Il peut s'avérer étouffant pour certains mais récupérateur pour d'autres. C'est également le moment de profiter de ses proches, partager des activités et se ressourcer.