Cordon-Ragot france clm

Cordon-Ragot conserve son titre du contre-la-montre

Publié le , modifié le

La Bretonne Audrey Cordon-Ragot a conservé à Vesoul son titre de championne de France du contre-la-montre en s'imposant en 31 min 08 devant Edwige Pitel et Elise Delzenne en ouverture des épreuves nationales de cyclisme sur route. Cordon-Ragot conforte ainsi sa mainmise sur l'épreuve, elle qui prend place sur le podium pour la 6e fois de suite (3e en 2011, 2e en 2012, 2013, 2014, 1re en 2015). Elle était favorite en l'absence de sa grande rivale Pauline Ferrand-Prévot, la championne du monde multidisciplinaire (route, VTT, cyclo-cross) qui avait remporté l'épreuve en 2012, 2013 et 2014 et décroché le bronze en 2015.

Ce second titre, s'il a certainement le goût de la sueur, vu les conditions météorologiques, a donc peut-être moins de saveur pour Cordon-Ragot, que le premier acquis l'an dernier à Chantonnay, en Vendée, quand elle avait pris le dessus sur Ferrand-Prévot (3e). Qu'importe, finalement: à 26 ans, la Morbihannaise conforte sa mainmise sur l'épreuve, elle qui prend place sur le podium pour la 6e fois de suite (3e en 2011, 2e en 2012, 2013, 2014, 1re en 2015). Elle prend aussi rendez-vous avec "PFP" pour samedi: sur la course en ligne, la native de Pontivy n'a pas encore réussi à battre la Rémoise, double championne en titre, terminant 2e derrière elle à Chantonnay.

Le parcours, long de 20,7 km, était déjà coriace avec une grosse difficulté en entrée: la côte des Quatre Sapins (1,6 km à 8% de moyenne), suivie de celle de Neurey (600 m à 9,6%). Avec la chaleur, la trentaine de partantes a souffert. Pas de quoi faire peur à Jeannie Longo: l'infatigable championne, qui compte moins d'années (57 ans) que de titres nationaux (59), s'est élancée en 2e position pour finir à une honorable 13e place. Pas de quoi faire peur non plus à Audrey Cordon-Ragot, qui lui a dignement succédé en ne laissant aucune chance à ses adversaires.

Réact​ion

Audrey Cordon-Ragot (championne de France du contre-la-montre): "Ce n'était pas dur, c'était pire! Oh la vache... Ce qui rend dur le parcours, c'est clairement la chaleur aujourd'hui. C'est l'enfer sous le casque, les chaussures, les gants... On est dans les conditions pour aller vite, mais pas dans des conditions thermiques exceptionnelles. C'était vraiment un chrono de gestion, ce n'est pas forcément ce que je préfère, j'ai tendance à partir lentement et finir fort. Le problème c'est que dans une bosse (placée dès le début, ndlr), tu ne peux pas partir lentement, tu es à bloc, tu es forcément au-dessus de tes moyens. Donc (l'objectif) c'était (...) de basculer dans la deuxième bosse avec le moins de temps possible de retard. Ensuite, dans la seconde partie, qui me va super bien, rattraper mon retard. (...) Maintenant, je vais dérouler jusqu'aux Jeux. Là, c'était vraiment le test final(...) avant les Jeux. Il ne fallait pas que je passe à côté. Test réussi."

Classe​ment

1. Audrey Cordon-Ragot (Bretagne), les 20,7 km en 31:08 (39,885 km/h de moyenne).
2. Edwige Pitel (Rhône-Alpes) à 22.
3. Elise Delzenne (Nord-Pas-de-Calais) 1:09.
4. Aude Biannic (Bretagne) 1:31.
5. Séverine Eraud (Pays de la Loire) 1:44.
6. Mélodie Lesueur (Poitou-Charentes) 1:57.
7. Anabelle Dreville (Nord-Pas-de-Calais) 2:16.
8. Amélie Rivat-Mas (Rhône-Alpes) 2:20.
9. Marion Sicot (Centre) 2:23.
10. Sandrine Bideau (Centre) 2:28.

AFP