Oscar Gatto vainqueur devant Alberto Contador
Oscar Gatto vainqueur devant Alberto Contador | AFP - LUK BENIES

Contador marque les esprits

Publié le , modifié le

A la veille de l'ascension mythique de l'Etna, Alberto Contador a lancé un message fort en reprenant 17 secondes à ses principaux rivaux dans le final de la 8e étape du Giro. Le triple vainqueur du Tour de France finit détaché derrière l'Italien Oscar Gatto.

A la veille de la première étape de haute montagne sur les pentes mythiques de l'Etna, tout laissait à penser que les principaux candidats au Maillot Rose allaient se préserver et laisser les sprinteurs se battre pour la victoire dans les rues de Tropea. Les 217 kilomètres à travers la Calabre sans la moindre difficulté ne laissaient pas augurer la moindre prise d'initiative des ténors, et pourtant, profitant de la courte montée dans les deux derniers kilomètres, l'Espagnol Alberto Contador a réussi à fausser compagnie au peloton pour grappiller 17 petites secondes qui pourraient coûter cher à l'heure de faire les comptes finaux. 17 secondes, le gain n'est pas colossal, mais le triple vainqueur du Tour de France a lancé un message fort à ses rivaux, en faisant étalage de sa puissance et de son sens tactique. "J'ai vu l'ouverture et j'ai sauté sur l'occasion", a lancé le leader de la Saxo Bank à l'issue de l'étape en se félicitant du coup joué. "Je me sentais très bien. J'ai vu qu'il y avait une possibilité pour aller de l'avant, je l'ai saisie. 12 secondes de bonification, c'est très bien tout en sachant qu'il faut préserver ses forces dans ce Giro".

Ses rivaux déclarés, les Italiens Vincenzo Nibali et Michele Scarponi, n'ont pas réagi à ce coup inattendu. Pas plus que le Néerlandais Pieter Weening, tout heureux de garder son maillot rose au terme de cette étape qui devait être une simple transition. A Tropea, les sprinteurs se sont inclinés une nouvelle fois. Dans le final, le Britannique Mark Cavendish a lâché prise. En revanche, l'Italien Alessandro Petacchi est resté en bonne place mais le vainqueur de la 2e étape a dû se contenter de la 3e place. Oscar Gatto a imité le puncheur italien Paolo Bettini qui avait anticipé le sprint lors de la précédente arrivée en 2005, en démarrant lui aussi sur la rampe comportant deux virages en épingle pour décrocher son premier succès sur le Giro devant Contador.

L'Etna attend le peloton
Pour les favoris du Giro, le rendez-vous est fixé sur les flancs de l'Etna, le volcan sicilien qui s'est réveillé dans la nuit de mercredi à jeudi. Le parcours de la 9e étape, long de 169 kilomètres à partir de Messine, prévoit deux ascensions par des côtés différents, la première fois jusqu'au refuge Citelli, la seconde fois jusqu'au refuge Sapienza où la ligne est installée à l'altitude de 1892 mètres. La foule est attendue dans l'ascension finale (20 km à 6 %) dans un sombre décor de pierres volcaniques, que la plupart des candidats à la victoire ont pris soin de reconnaître. Une route que connaît dans ses moindres détails l'enfant du pays, Vincenzo Nibali, surnommé le "requin de Messine", sa ville de naissance.

Classement de la 8e étape
1. Oscar Gatto (ITA/FAR)
2. Alberto Contador (ESP/SAX) m. t.
3. Alessandro Petacchi (ITA/LAM) à 5''
4. Alexander Kristoff (NOR/BMC) à 5''
5. Roberto Ferrari (ITA/AND)à 5''
6. Davide Appollonio (ITA/SKY) à 5''
7. Francisco Ventoso (ESP/MOV) à 5''
8. Rinaldo Nocentini (ITA/ALM) à 5''
9. Christophe Le Mével (FRA/GRM) à 5''
10. Klaas Lodewyck (BEL/OLO) à 5''

Classement général
1. Pieter Weening (NED/RAB)
2. Kanstantsin Siutsou (BLR/HTC) à 2''
3. Marco Pinotti (ITA/HTC) à 2''
4. Christophe Le Mével (FRA/GRM) à 5''
5. Alberto Contador (ESP/SAX) à 13''
6. Michele Scarponi (ITA/LAM) à 14''
7. Pablo Lastras (ESP/MOV) à 22''
8. Vincenzo Nibali (ITA/LIQ) à 24''
9. Steven Kruijswijk (NED/RAB) à 28''
10. José Serpa Perez (COL/AND) à 33''