portrait Christian Prudhomme sourire 07 2010
Christian Prudhomme, directeur du Tour de France | Isabelle Trancoen

Christian Prudhomme : « Les Français avaient la scoumoune ! »

Publié le , modifié le

Pour Christian Prudhomme, la victoire du Belge Johan Van Summeren « n’est pas volée » et il salue notamment la stratégie d’équipe de Garmin. Le patron de Paris-Roubaix et du Tour de France, ne nous a pas caché en revanche sa déception de ne pas voir un Français l’emporter.

Pour Christian Prudhomme, les coureurs n’ont aucun secret pour lui. Presque inconnu du grand public, Van Summeren « c’est l’un des plus grands du peloton, une sorte d’homme araignée ! C’est une silhouette qui se remarque Van Summeren », résume le directeur de la Grande Boucle qui précise aussitôt « qu’il n’a pas volé sa victoire.

» Selon l’ancien journaliste, la course s’est jouée assez tôt. « L’échappée est partie de loin avec notamment le Néerlandais Tjallingi, qui a résisté tout au long de la course. Et puis les favoris se sont marqués. C’est une vraie démonstration d’équipe, de la part de Garmin », analyse-t-il. Prudhomme précise par ailleurs que « ce n’est pas étonnant d’avoir vu tant de chutes. Lorsqu’il ne pleut pas on s’attend toujours à voir moins de chute, mais c’est en réalité exactement le contraire. Avec la poussière, qui peut constituer un vrai mur, et ça va plus vite aussi, avec des chutes qui arrêtent les coureurs… » 

Conscient que le public s’attendait à voir Cancellara ou Boonen s’imposer, Christian Prudhomme reste pragmatique. « C’était une course intéressante, même si les favoris ne sont pas à l’arrivée. Pour Cancellara, c’est peut-être un peu dur pour lui, convient-il. Il fait troisième au Tour des Flandres, deuxième ici, mais Van Summeren a assurément mérité sa victoire. »

Il n’en demeure pas moins que les Tricolores ont une nouvelle fois échoué, alors que les Belges ont enregistré une 56e victoire ! Là encore, le patron de l’Enfer du Nord relativise et explique que les faits de course n’ont pas été favorables aux Français. « Il y a eu beaucoup de chutes et de crevaisons pour les Français. Donc c’est vrai que l’on peut être un peu déçu, notamment pour Sylvain Chavanel dont on rêvait d’une victoire après sa deuxième sublime place au Tour des Flandres. Et on a vu une crevaison pour Frédéric Guesdon, David Boucher qui était devant, a crevé aussi plusieurs fois. On a vu Jimmy Engoulvent s’arrêter trois fois après des ennuis de vélo… Les Français avaient la scoumoune ! », a-t-il lancé. 

Mais Prudhomme rappelle aussi que le public français a eu « une petite satisfaction quand même avec Guesdon » qui a terminé avec une belle 11e place. « Il finit premier Français, j’allais dire, comme d’habitude… A 39 ans, on peut dire ‘chapeau Monsieur le Breton !’ Le seul regret que l’on puisse avoir, c’est que cela fait maintenant 14 ans qu’un Français n’a pas gagné, et qu’il va encore falloir attendre… »

De notre envoyé spécial Romain Bonte