Chris Froome Sky
Chris Froome, leader de la formation Sky | FABRICE COFFRINI / AFP

Chris Froome, le Tour de Romandie et la neige : histoire d’une course dans la tourmente

Publié le , modifié le

La neige joue de nouveau les trouble-fêtes au Tour de Romandie. La première étape, normalement disputée ce mercredi entre Chaux-de-Fonds et Moudon, sera finalement amputée de 60 km, et, surtout, du col des Etroits. L’ascension de deuxième catégorie, placée en tout début d’étape, devait être la principale difficulté de la journée. Mais les chutes de neige survenues dans la nuit sur le col ont poussé les organisateurs à finalement lancer la course de Mathod, à 100 km de l’arrivée.

"Conflit d’intérêt ?"

C’est justement pour ce type de situation qu’a été instauré, l’an passé, le "protocole conditions météorologiques extrêmes". Il permet de modifier une étape voire même de l’annuler en cas de danger pour la santé et la sécurité des coureurs.

Mais pour le Tour de Romandie, le représentant des coureurs, qui peut demander la mise en œuvre du protocole, est David Chassot, membre de la CPA (l’association suisse Cycliste Professionnels Associés). Or, David Chassot s’avère être le frère de Richard Chassot, le patron du Tour de Romandie. Ce qui amenait Chris Froome à s’interroger sur un possible conflit d’intérêt.

En réduisant la première étape, les organisateurs ont donné une réponse définitive aux questions du double vainqueur du Tour de France : pour eux, la sécurité des coureurs passe avant tout.

Elodie Troadec