Cholet – Pays de la Loire : "J'ai ma conscience tranquille", assure Nacer Bouhanni qui réplique aux attaques sur son sprint jugé dangereux

Publié le , modifié le

Auteur·e : Loris Belin
Nacer Bouhanni

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le sprinteur de l'équipe Arkea-Samsic Nacer Bouhanni a réagi ce vendredi aux attaques le concernant suite à son sprint jugé dangereux lors de la course Cholet – Pays de la Loire, dénonçant certaines des accusations auxquelles il fait face de "pure folie". Il risque une sanction de la part de l'UCI.

Le sprint final de Cholet – Pays de la Loire vire au feuilleton. Vivement critiqué depuis la course dimanche, Nacer Bouhanni est sorti de son silence. Après avoir admis dans un communiqué lundi "son erreur" en forçant le jeune Britannique de la Groupama-FDJ Jake Stewart le long des barrières dans les derniers mètres de l'épreuve, le sprinteur d'Arkea-Samsic s'est cette fois exprimé en son nom pour revenir sur l'incident ce vendredi. Et le coureur vosgien ne décolère pas.

Dans un long message posté sur son compte Twitter, l'ancien champion de France s'en est pris à ses détracteurs, s'adressant à l'un d'eux en ces termes : "Vous pouvez dire que je suis un sprinteur qui prend des risques, qui ne laisse pas sa place, qui est agressif, fait tout pour gagner, tout ce que vous voulez… Mais vouloir me jeter volontairement dans des barrières pour essayer d'aller gagner une course cycliste, c'est de la pure folie. Vouloir blesser volontairement et jouer avec la vie de mon adversaire et la mienne, c'est du grand n'importe quoi ! Je ne suis pas un voyou mais un sportif devenu père il y a quelques mois, donc croyez-moi que ne serait-ce que pour mon enfant, je ne prendrais jamais de tels risques consciemment."

"Ce n'est pas le monde des Bisounours"

Autre destinataire désigné de cette diatribe, Jake Stewart en a aussi pris pour son grade. Alors que le Britannique de l'équipe Groupama-FDJ souffre d'une fracture de la main après avoir tapé contre les balustrades dans les rues choletaises, Nacer Bouhanni a adressé un message sans équivoque à son vis-à-vis. "Des sprints, il en verra d'autres, et pendant longtemps je lui souhaite. S'il a vraiment vu sa vie défiler comme il le dit en interview, je lui conseille d'arrêter le sprint. Tout le monde sait qu'il y a des risques malheureusement… Ce n'est pas le monde des Bisounours, il y a parfois des chutes hélas mais cela fait partie du cyclisme."

Comme il l'avait expliqué peu après les faits, Nacer Bouhanni clame à nouveau son absence d'intention à l'encontre de Stewart. "Je voulais juste essayer d'aller gagner la course, malheureusement elle s'est mal finie. […] Je le répète une dernière fois, je n'ai jamais voulu le faire tomber volontairement, je n'ai aucun intérêt à vouloir nous mettre en danger."

L'UCI avait pointé du doigt le comportement du coureur d'Arkea-Samsic lundi, annonçant avoir saisi "sa Commission Disciplinaire et demandé l’imposition de sanctions à la hauteur de la gravité du geste reproché." L'organe régissant les courses cyclistes a fait de la sécurité des coureurs lors des arrivées massives une de ses priorités dernièrement suite à la grave chute de Fabio Jakobsen (Deceuninck – Quick-Step) provoquée par son compatriote néerlandais Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) lors du dernier Tour de Pologne. "J'ai ma conscience tranquille et peu importe la décision qui sera prise, cela reste le plus important pour moi", assure Nacer Bouhanni, dans l'attente du jugement.

à voir aussi L'UCI "condamne le comportement dangereux" de Nacer Bouhanni qui a projeté Jake Stewart lors du sprint final et saisit la Commission de discipline L'UCI "condamne le comportement dangereux" de Nacer Bouhanni qui a projeté Jake Stewart lors du sprint final et saisit la Commission de discipline