Ça s'est passé un 1er juin 2014 : Nairo Quintana remporte le Tour d'Italie, son premier grand tour

Publié le , modifié le

Auteur·e : Paul Giffard
Nairo Quintana
Nairo Quintana remporte le Giro, le 1er juin 2014. | LUK BENIES / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Cette 97e édition du Giro est marquée par la victoire finale de Nairo Quintana le 1er juin 2014. 10 mois après sa deuxième place sur le Tour de France, le Colombien justifie son statut de favori et remporte un grand Tour pour la première fois de sa carrière. Le coureur de la Movistar devance, à l'arrivée, son compatriote Rigoberto Uran et le Transalpin Fabio Aru. Il devient, par la même occasion, le premier Sud-Américain vainqueur du Tour d'Italie.

Une victoire doublement historique. Non seulement Nairo Quintana devient le premier Colombien à remporter le Giro, mais c'est aussi sa toute première victoire sur un grand tour. Déjà très performant lors du précédent Tour de France, avec en poche le maillot blanc du meilleur jeune et le maillot à pois du meilleur grimpeur, le cycliste de 24 ans incarne à merveille la nouvelle génération. 

Au terme de trois semaines de compétitions, "Nairoman" s'adjuge le maillot rose de leader devant son compatriote Rigoberto Uran (Omega Pharma-Quick Step) et l'Italien Fabio Aru (Astana). 

Une dernière semaine décisive

Le tenant du titre Vincent Nibali étant absent, le coureur de la Movistar a endossé le costume de favori. Un rôle qu'il va parfaitement assumer lors de cette 97e édition, du 9 mai 2014 au 1er juin. 

Tout s'est néanmoins joué sur la dernière semaine. Soutenu par ses lieutenants José Herrada, Gorka Izagirre, Igor Antón et Jonathan Castroviejo (champion d'Espagne du contre-la-montre) notamment, le chef de file va construire son succès en deux journées. Au cours de la 16e étape, il attaque dans la célèbre descente enneigée du Stelvio, une initiative qui va susciter la polémique. La plupart de ses adversaires pour la victoire finale va lui reprocher cette attaque, à tort, pensant que la course allait être neutralisée en raison des conditions climatiques. 

Le silence est le meilleur des mépris. Le Colombien va récidiver trois jours plus tard, lors d'un contre-la-montre décisif. Excellent grimpeur, "Kingtana" va s'imposer dans cette étape en côte du Monte Grappa devant la révélation de ce Giro 2014, Fabio Aru, seul à s'être accroché. Grâce à ces deux victoires d'étapes, Nairo Quintana inverse la tendance après un début de Tour d'Italie délicat, en raison d'une chute et d'une infection à la gorge. 

Nairo Quintana lors du contre-la-montre en côte, le 30 mai 2014.
Nairo Quintana lors du contre-la-montre en côte, le 30 mai 2014. © LUK BENIES / AFP

Quintana dans l'histoire, Rolland et Bouhanni avec les honneurs

En tête du classement général toute la troisième semaine, le cycliste sud-américain conservera son fauteuil de leader jusqu'à l'ultime journée. Comme chaque dernière étape d'un grand tour, elle est consacrée à la célébration du vainqueur avec un finish au sprint, qui sera remporté par Luka Mezgec (Giant-Shimano). Première victoire d'étape pour le Slovène dans le Tour d'Italie.

Sans surprise, l'athlète de 24 ans va franchir la ligne d'arrivée et ainsi remporter le Giro pour la toute première fois de sa jeune carrière. Par la même occasion, il remporte le classement du meilleur jeune. Le dauphin de Christopher Froome sur la Grande Boucle en 2013 a fait l'impasse cette saison sur le Tour de France. Un choix, qui s'est avéré gagnant. "J'ai pu mener l'équipe dans un grand Tour pendant trois semaines, c'est très important" a souligné le natif de Tunja. 

Au général, il devance donc Rigoberto Uran (+ 2'58''), encore deuxième, comme l'an passé, et la pépite italienne Fabio Aru (+ 4'04''). A noter, les très belles performances des Français, Pierre Rolland, quatrième au général (+ 5'46'') et Nacer Bouhanni, vainqueur du classement par points. Il remporte donc le maillot rouge du meilleur sprinteur.

Paul Giffard paul_gfrd