Gaviria
Fernando Gaviria fait partie des favoris. | DAVID STOCKMAN / BELGA MAG / BELGA

Bretagne Classic : des absents mais une course corsée et ouverte

Publié le , modifié le

La troisième édition de la Bretagne Classic à Plouay offre dimanche un parcours plus relevé que l'an dernier et regorge de favoris potentiels, malgré l'absence de figures de proue comme Warren Barguil, Bryan Coquard ou Greg Van Avermaet.

"On veut favoriser les attaquants, les opportunistes (...) Ce nouveau parcours a pour ambition de laisser plus de chances aux échappées", a expliqué le président du comité d'organisation, Jean-Yves Tranvaux dans Ouest-France, qui donne son nom complet à la course : Bretagne Classic Ouest-France. L'objectif avoué est d'échapper au scénario trop fréquent où le peloton finit par fondre sur les aventuriers partis dans les premiers kilomètres, pour finir au sprint. Deux ans après la révolution du passage d'une course de circuit à une course en ligne pour plaire à la télévision mais au détriment de l'âme de la course, selon certains, la Bretagne Classic sait qu'elle doit faire face à une concurrence toujours plus féroce d'autres courses.

Le tracé du parcours 100% morbihannais de 256 kilomètres a été soigneusement étudié pour offrir des paysages variés et photogéniques: passages en centre-ville, lignes droites pour les rouleurs, un crochet par le Golfe du Morbihan et des côtes pour faire briller les grimpeurs. "Les coureurs emprunteront (...) même pour la première fois, des chemins de terre avec des cailloux sur un kilomètre", a souligné M. Tranvaux.
 

Pléthore de prétendants 

Insuffisant cependant  pour convaincre l'idole locale, Warren Barguil (Fortunéo-Samsic), de s'aligner à Plouay. Son choix de disputer le Tour d'Allemagne renaissant, après sa chute dans l'Arctic Tour, a presque été vécu comme une forme de trahison. Placée en fin de saison, la Bretagne Classic pâtit aussi des pépins physiques de Bryan Coquard (Vital Concept), qui souffre d'une fracture à une omoplate, ou de Greg Van Avermaet, qui a décidé de faire un break jusqu'en septembre. Mais les candidats potentiels à la victoire ne manquent pas et le suspense est bien présent.

On suivra ainsi le Colombien Fernando Gaviria (Quick Step), qui a remporté deux étapes du Tour de France, les Norvégiens Alexander Kristoff (UAE Team Emirates) ou Edvald Boasson Hagen (Dimension Data) et l'Allemand John Degenkolb (Trek-Segafredo) au finish redoutables. L'Italien Andrea Pasqualone (Wanty-Groupe Gobert), qui s'était imposé au Grand Prix de Plumelec, dont la principale difficulté, la côte de Cadoual, est au programme, sera aussi à surveiller. Côté tricolore, le sprinteur de Cofidis, Christophe Laporte, Lilian Calmejane ou Thomas Boudat de Direct Énergie ou les locaux David Gaudu et Laurent Pichon auront à cœur de se montrer.
 

AFP