Bradley Wiggins, Sky et David Brailsford encore accusés de dopage sur le Tour 2012

Bradley Wiggins, Sky et David Brailsford encore accusés de dopage sur le Tour 2012

Publié le , modifié le

Déjà empêtré depuis plusieurs mois dans l'affaire d'un contrôle anormal de Chris Froome lors de la Vuelta 2017, l'équipe Sky est de nouveau mise en accusation, cette fois par un rapport du Département de la Culture, des Médias et du sport. Selon The Guardian, cet organisme gouvernemental britannique a mené une enquête qui met en évidence que la formation Sky a permis à Bradley Wiggins, et peut-être d'autres coureurs, de prendre des corticoïdes afin de se préparer pour le Tour de France en 2012, sous couvert d'autorisations à usage thérapeutique (AUT). Des accusations déjà connues, mais qui se précisent avec celles concernant Dave Brailsford, le manageur de la formation britannique, soupçonné de mensonge. Sky nie toutes ces accusations.

Une semaine après les révélations d'un colis contenant des substances dopantes envoyées en 2011 au siège de l'équipe, la Sky est de nouveau mise en accusation. Cette fois par un rapport du Département de la Culture, des Médias et du Sport, organisme gouvernemental britannique. Longtemps considéré comme l'un des étendards du sport britannique, avec des investissements considérables dans le cyclisme notamment lors de la montée en puissance vers les JO de Londres en 2012, la Sky est donc pointée du doigt de l'intérieur. L'enquête a débuté en septembre 2015.

Dans ce rapport, les accusations de dopage lancées depuis longtemps à l'encontre de Bradley Wiggins, vainqueur du Tour de France 2012 et champion olympique du contre-la-montre 2012, sont réitérées. Il aurait utilisé un corticoïde, ainsi que peut-être d'autres coureurs de sa formation, en vue de se préparer pour la Grande Boucle. "D'après les preuves qui ont été reçues par le comité, nous pensons que ce puissant corticoïde (triamcinolone) était utilisé pour préparer Bradley Wiggins, et peut-être d'autres coureurs le soutenant, pour le Tour de France. Le but n'était pas de traiter un besoin médical, mais d'améliorer son rapport poids / puissance avant la course", accuse le document cité par The Guardian.

"David Brailsford doit assumer la responsabilité de ces échecs"

Et Dave Brailsford, le manageur de l'équipe, est pointé du doigt: "Contrairement au témoignage de David Brailsford devant le Comité, nous croyons que Team Sky a utilisé des médicaments selon les règles de l'AMA (Agence mondiale antidopage) pour améliorer la performance des coureurs, et pas seulement pour traiter les besoins médicaux." Le rapport ajoute: "Comment David Brailsford peut-il s'assurer que son équipe remplit ses exigences s'il ne sait pas et ne peut pas dire quels sont les médicaments qui sont donnés à ses coureurs ? David Brailsford doit assumer la responsabilité de ces échecs, du régime sous lequel les coureurs de Team Sky se sont entraînés et ont concouru et du scepticisme préjudiciable sur la légitimité des performances et des réalisations de son équipe."

Dans un communiqué, la Sky nie tout: "Le rapport indique que les médicaments ont été utilisés par l'équipe pour améliorer la performance. Nous réfutons fortement cela. Le rapport inclut également une allégation d'utilisation répandue de triamcinolone par des coureurs de Team Sky avant le Tour de France 2012. Encore une fois, nous réfutons fermement cette allégation." Et d'assurer: "Nous nous engageons à créer un environnement à Team Sky où les coureurs peuvent performer au mieux de leurs capacités et le faire de manière propre." Une philosophie mise à mal par ce rapport.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze