Nacer Bouhanni (Cofidis)
Nacer Bouhanni (Cofidis) | PHOTOPQR/LE COURRIER DE L'OUEST

Bouhanni, c'est déjà Denain

Publié le , modifié le

Vainqueur jeudi du Grand Prix de Denain, Nacer Bouhanni retrouve peu à peu la confiance qui le fuyait en début de saison. Avec de meilleurs automatismes, le sprinteur de la Cofidis se tourne désormais vers des courses de plus haut calibre.

Il n'existe pas de petite victoire pour un sprinteur. Une ligne d'arrivée est une ligne d'arrivée. Le but est de la franchir en premier, quelque soit le terrain, la course ou l'adversité. A voir le visage rayonnant de Nacer Bouhanni à l'arrivée du Grand Prix de Denain, on comprend que le Français ne prend pas ce succès à la légère. Le troisième cette saison après deux étapes du circuit de la Sarthe la semaine dernière. Petit à petit, le train de Nacer Bouhanni, en souffrance en début de saison, se met en place. Le retour de Geoffrey Souppe, son poisson-pilote attitré, fait du bien.

Cette belle mécanique doit maintenant se frotter à de plus coriaces adversaires. Bouhanni le dit lui-même, le sprint à Denain était un sprint "sans rival". Bon pour la confiance mais si Cofidis a cassé sa tirelire pour attirer le meilleur sprinteur français, ce n'est pas pour gagner ce genre de courses mais bien pour rivaliser avec le gratin mondial. Le prochain objectif de Nacer Bouhanni est le Tour de France, là où le meilleur du sprint mondial sera là. Là où les lignes d'arrivées sont plus belles qu'ailleurs.