Bouet: "Le Giro plus dur que le Tour"

Bouet: "Le Giro plus dur que le Tour"

Publié le , modifié le

Revenu d’un Giro terminé à la 38e position, Maxime Bouet a répondu à quelques-unes de nos questions. Du Giro plus difficile que le Tour de France, en passant par la réussite française sur les routes italiennes, et la polémique du Stelvio, le coureur AG2R n’omet aucun sujet.

Comment s'est passé votre premier Giro​ ?

- "Vraiment agréablement surpris, bien que je sois tombé sur l’étape de Monte Casino où il y a eu la grosse chute (une cinquantaine de coureurs à terre). C’est vraiment ce que j’attendais avec une course qui nécessite de l’attention chaque jour. Tu ne peux pas te permettre de traîner derrière. Chaque étape compte. Il faut être à 200% dedans, analyser les parcours. Ce n’est pas comme le Tour où de temps en temps, tu peux te permettre de ne pas être impliqué dans l’étape. Les routes sont assez dangereuses en Italie. Le Giro est plus difficile que le Tour de France. Les cols sont plus durs en Italie, ne serait-ce que par le pourcentage. Si on ajoute, les deux contre-la-montre très longs et très difficiles, on arrive à trois semaines vraiment compliquées."

Et à titre personnel, quel est votre ressenti ?​​

- "J’étais 13e après une petite dizaine de jours mais j’ai malheureusement chuté dans l’étape où Rodriguez a abandonné. Malgré tout, j’arrive devant avec tous les leaders ce jour-là mais le lendemain j’avais la jambe complètement bleue et très mal au genou. Ça a duré une petite semaine comme ça. J’ai retrouvé des bonnes sensations, grâce au staff, dans les 3-4 derniers jours. Après la chute, j’ai dû aider Pozzovivo pour essayer de faire podium. Il ne finit pas loin. On avait aussi en ligne de mire le classement par équipes que nous avons remporté."

Pozzovivo 5e, c'est une déception ou bon résultat ?​​

- "C’est un très bon résultat. L’objectif de Vincent Lavenu était de faire un Top 5 au général et de remporter une étape. Nous n’avons pas gagné d’étape mais nous avons remporté le classement par équipes. C’est la première fois qu’AG2R remporte ce classement sur un Grand Tour. Toute l’équipe attache de l’importance à ce classement qui est un révélateur de la force d’un collectif."

Comment jugez-vous les performances de Vuillermoz et des Français ?​​

- "11e à 25 ans c’est une grosse performance pour lui. Mais les Français en général ont bien marché sur ce Giro. Pierre Rolland a été énorme.Il a pris des initiatives inattendues, d’attaquer, de faire des descentes. Il était très fort mais aussi très intelligent. Nacer Bouhanni a été énorme sur les arrivées au sprint. Alexis Vuillermoz fait 11, Alexandre Geniez fait 12 (13 en fait, ndlr°) et Hubert Dupont 16, c’est un très gros Giro de la part des coureurs français. La France est de plus en plus au niveau. Les Français sont de mieux en mieux à la pédale. Nous chez AG2R, on a été très respecté sur ce Giro, notamment par les autres directeurs sportifs."

Comment avez-vous vécu la polémique du Stelvio ?

- "J’étais 30 secondes derrière le groupe de Pozzovivo. Je revenais de l’arrière grâce à la temporisation. A l’oreillette, notre directeur sportif nous a dit : 'Attention messieurs, il y a un drapeau rouge dans la descente '. Généralement, le drapeau rouge nous signale un danger dans un virage. Je n’ai jamais vu un drapeau rouge qui disait : 'ne pas dépasser la moto'. On ne nous a pas dit qu’il était interdit de dépasser ce drapeau rouge. Je crois que radio course a mal retranscrit les directives de la direction de course. Je suis sûr que la direction voulait une neutralisation de la descente. C’était quand même assez dangereux, notamment dans les 3-4 premiers kilomètres de la descente.

Nous avons monté le Gavia, assez tranquillement. Il y a eu une neutralisation de la course par les coureurs, pas par l’organisateur. Il y a un coureur, je ne dirais pas le nom (Robinson Chalapud  de la Colombia, ndlr), qui a attaqué, ne respectant pas cette « neutralisation ». La course a été lancée de fait, avec 30 coureurs devant et 160 derrière. Il n’y avait plus lieu de s’arrêter. Je pense que si nous montons neutraliser jusqu’en haut du Gavia, la course aurait pu s’arrêter.

Malgré tout ça je pense que le classement final est vraiment juste. Le Top 10 est logique. Il y aurait peut-être eu une ou deux différences à la marge, avec Pierre Rolland qui aurait fait 5 au lieu de 4, Hesjedal aurait été une ou deux places derrière mais Quintana était largement au-dessus de tout le monde. Aru fait 2e du chrono. Pour moi, ce dernier chrono reflète parfaitement le classement général final."

Quelle est la suite du programme ?

- "J’enchaîne à partir de dimanche avec le Dauphiné Libéré. C’était un souhait de ma part dans la mesure où je suis arrivé au Giro assez frais, pas trop fatigué. Je vais essayer de bien récupérer cette semaine. Donc il y aura le Dauphiné, puis les Championnats de France et une grosse coupure au mois de juillet. Je reprendrai au Tour de Pologne, puis au Tour de l’Ain et normalement je serai sur le Tour d’Espagne."

Christophe Gaudot @ChrisGaudot