cyclisme Boonen Cancellara 2010
Boonen devant Cancellara (2010) | AFP-JANSENS

Boonen et Cancellara se disputent la légende

Publié le , modifié le

Lors de cette 109e édition du Paris-Roubaix, deux coureurs auront l'occasion d'entrer un peu plus dans la légende de la reine des classiques ce dimanche. Même si depuis le début de saison, Tom Boonen n'est pas virevoltant, il reste parmi les favoris. En cas de succès, le Belge égalerait le record de quatre victoires de son compatriote Roger De Vlaeminck (1972, 1974, 1975 et 1977). Vainqueur l'an passé et en 2006, Fabian Cancellara a les moyens de tripler la mise.

Le coureur de Leopard-Trek peut rafler la mise une troisième fois et donc imiter sept autres coureurs à commencer par Tom Boonen (vainqueur en 2005, 2008 et 2009), Johan Museeuw (1996, 2000 et 2002), Francesco Moser (1978, 1979, 1980), Eddy Merckx (1968, 1970 et 1973), Rik Van Looy (1961, 1962 et 1965), Gaston Rebry (1931, 1934, 1935), et enfin, Octave Lapize seul français dans cette liste (1909, 1910 et 1911). Il ne décolère sûrement pas de sa troisième place au Tour des Flandres, et du comportement de ses principaux rivaux à commencer par Boonen, et Chavanel. Oubliée (ou presque), la polémique sur son présumé vélo à moteur... Remonté comme jamais, on l'imagine difficilement viser une autre place que la première, même si son équipe possède moins d'arguments que celles des autres favoris. "Mes adversaires sont prévenus. Ils ont intérêt à attacher leurs ceintures, comme dans un avion," a-t-il indiqué au quotidien italien, le Corriere della Sera.

Cinquième l'an passé, Boonen rêve toujours d'égaler le record de Roger De Vlaeminck. Mais en-a-t-il les moyens ? Ses dernières sorties peuvent laisser quelques doutes quant à sa condition physique. L'Anversois s'est un peu emmêlé les crayons sur le Tour des Flandres et a surtout réalisé que dans un face à face avec Cancellara, il ne tiendrait pas la distance. S'il veut une nouvelle fois enflammer le vélodrome de Roubaix, la stratégie d'équipe sera déterminante. Reste à déterminer qui de Boonen et de Sylvain Chavanel, portera l'étiquette de leader pour ce Paris-Roubaix.

Plus costaud et affûté que Boonen, le Français a vu son statut se bonifier avec sa deuxième place sur le Ronde. Le directeur sportif de la Quick Step, Wilfried Peeters, ne fait d'ailleurs pas de la langue de bois et revendique même la volonté de se présenter sur Paris-Roubaix "avec deux leaders". Sur les ondes de RMC, Peeters a estimé que "les conditions de course dicteront sur qui on portera nos espoirs". Cette déclaration a le mérite de placer Chavanel dans une situation relativement favorable, et de pourquoi pas espérer voir un Français l'emporter. Depuis 14 ans et le succès de Frédéric Guesdon en 1997, aucun coureur tricolore ne s'est imposé, ni même hissé sur le podium... L'an passé, le meilleur Français était Sébastien Hinault, il avait terminé en neuvième position.

D'autres coureurs pourraient tirer leur épingle du jeu. Deuxième l'an passé, Thor Hushovd a joué de malchance aux Flandres. Victime d'une crevaison, le champion de Norvège a certes terminé 53e, mais sa motivation pour "l'Enfer du Nord" reste intacte, et le profil de cette course devrait lui sied davantage. De même, George Hincapie (deuxième en 2005) pourra compter sur le soutien de la redoutable équipe de BMC. Les nombreux spectateurs attendus sur les routes pavés, pourraient également assister à une première de Juan Antonio Flecha, Alessandro Ballan, voire même pourquoi pas d'un jeune loup, à l'instar du Gallois Geraint Thomas. Les paris sont ouverts !

Romain Bonte