Egan Bernal Sky
Egan Bernal (Sky) | Fabrice COFFRINI / AFP

Bernal, de l'or en Californie

Publié le

En remportant le Tour de Californie à seulement 21 ans, et devant des coureurs de renom comme van Garderen, Egan Bernal a confirmé qu'il était bien le grand espoir du cyclisme mondial. La pépite du Team Sky semble assez brillante pour illuminer le circuit pro lors de ces prochaines années.

Pour Egan Bernal, le ciel est la limite. Pour un coureur de la Sky cela tombe bien. Mais à 21 ans, le grimpeur de Bogota a déjà mis tout le monde d'accord sur son potentiel. Aérien sur les pentes les plus raides, capable de démarrages foudroyants, il possède en plus de vraies qualités de rouleur (il est champion de Colombie en contre-la-montre). Ce qui le différencie de facto de ses illustres compatriotes qu'ils soient anciens (Lucho Herrera) ou actuels (Nairo Quintana). 

Un message fort

En Californie, Bernal a envoyé un message très fort au peloton professionnel. Pour sa première saison sur le World Tour, le Colombien, qui a débuté en VTT, a fait la différence en remportant les 2e et 6e étapes en montagne. "Je suis vraiment heureux car c'est ma première victoire au niveau World Tour", s'est réjoui Bernal, qui a également décroché le maillot de meilleur jeune. "Aujourd'hui, je me sens très bien. L'équipe a vraiment fait du bon boulot pendant la course et j'ai gagné. Je suis juste heureux", a-t-il ajouté.

Le protégé de la Sky, 2e du dernier Tour de Romandie, a devancé au classement général l'Américain Tejay van Garderen (BMC), 2e à 1 min 25 sec, et un autre Colombien Daniel Martinez (Education First), 3e à 2 min 14 sec. La dernière étape, longue de 143 km, est revenue à un autre Colombien Fernando Gaviria (Quick-Step) qui a résisté au retour de l'Allemand Max Walscheid (Sunweb) pour confirmer sa domination sur les arrivées en sprint, après ses succès dans les 1re et 5e étapes.

Sagan bredouille

Le Slovaque Peter Sagan (Bora) a dû se contenter de la 4e place. Pour la première fois depuis 2010, le triple champion du monde en titre, vainqueur du dernier Paris-Roubaix, repart de Californie sans une seule victoire d'étape dans une épreuve où il en a collectionné 16, un record.

Julien Lamotte