Astana
Jl n'est pas certain que l'on revoie, comme ici, l'équipe Astana sur le Tour de France cette année | JEFF PACHOUD / AFP

Astana auditionné par la commission des licences de l'UCI

Publié le , modifié le

La commission des licences de l'Union cycliste internationale (UCI) a auditionné jeudi des représentants de l'équipe Astana, dont l'UCI a réclamé le retrait de la licence à cause de plusieurs cas avérés de dopage. L'organisme mondial n'a toutefois fait aucun commentaire sur la teneur de ces auditions, ni sur ce qui est ressorti.

L'UCI s'est contentée d'un communiqué dans lequel elle confirme avoir entendu, outre certains de ses représentants, des personnalités de l'Institut des sciences du sport de l'Université de Lausanne et des membres d'Astana Pro Team ."Tant que la procédure est en cours, l'UCI ne fera aucun commentaire à ce  sujet", a-t-elle ajouté.

Début décembre, Astana, dirigée par le champion olympique 2012, le Kazakh  Alexandre Vinokourov, avait obtenu sous conditions sa licence: elle devait se  soumettre à un audit de l'Issul, et observer un strict respect du cahier des  charges relatif notamment à la préparation et à la charge de travail des  coureurs. A la suite de cela, le 27 février, dernier l'UCI a demandé le retrait de la licence de l'équipe Astana, emmenée par le vainqueur du dernier Tour de France, l'Italien Vincenzo Nibali. Elle  avait motivé sa décision par l'affaire dite de Padoue, enquête menée  par la justice italienne autour du sulfureux préparateur Michele Ferrari  -suspendu à vie par l'Agence américaine antidopage (Usada) pour avoir aidé  Lance Armstrong à se doper- dont les médias italiens ont prêté des contacts  avec des membres de l'équipe Astana, mais pas Nibali. Un retrait de la licence empêcherait l'équipe kazakhe de prendre part aux  grandes épreuves cyclistes, dont justement le Tour de France. La décision sera prise par  la commission des licences de l'UCI, après l'examen d'un audit sur Astana.

Christian Grégoire